Sommaire
Article publié le 07/02/2022 à 09:49 | Lu 1643 fois

Discopathie dégénérative : le point avec l'Association Française de Chiropraxie




La discopathie dégénérative est une affection liée à l’âge qui résulte de la détérioration ou de la rupture d’un ou plusieurs disques intervertébraux. Ces disques intervertébraux caoutchouteux s’usent avec l’âge, ce qui peut entraîner des douleurs. Un suivi chiropratique et des exercices adaptés peuvent néanmoins atténuer ces douleurs. Le point avec l’Association Française de Chiropraxie.


Qu'est-ce que la discopathie dégénérative ?
La discopathie dégénérative, contrairement à ce que l’on peut penser dû à son nom, n’est pas une maladie mais un phénomène naturel de détérioration de la colonne vertébrale avec l’âge.
 
La colonne est composée de vertèbres qui, entres elles, sont reliées par des disques caoutchouteux permettant d’amortir le poids du corps et des impacts ainsi que de la mobilité de la colonne vertébrale.
 
Mais avec l’âge, les disques s’usent et leur rôle protecteur s’amoindrit.
 
Quelles sont les causes de la discopathie dégénérative ?
Il existe plusieurs causes qui entraînent une discopathie dégénérative.
 
L’âge :
Avec l’âge, les disques de tissus fibrocartilagineux se dessèchent et perdent de leur efficacité d’amortisseurs. A l’âge adulte, les disques sont composé de 90% de liquide. Les contraintes quotidiennes répétées sur la colonne vertébrale endommagent durablement les disques intervertébraux.
 
Les blessures :
Contrairement aux autres tissus du corps, le fibrocartilage intervertébral ne reçoit que peu d’afflux sanguin, de ce fait, lorsqu’un disque est blessé il ne guérit parfois que partiellement. Le corps va alors devoir s’adapter, pour cela il va fabriquer des ostéophytes, ou éperons osseux, ce sont des petites saillies osseuses qui se développent le long des os.
 
Ces saillies peuvent s’appuyer sur la moelle épinière ou les racines des nerfs rachidiens. De ce fait, elles peuvent également, à la longue, entrainer une irritation des terminaisons nerveuses et provoquer des douleurs.
 
Des facteurs de risques sont également à prendre en considération : manque d’activité physique, travail physique intense, ou encore obésité.
 
Quels sont les symptômes de la discopathie dégénérative ?
La discopathie dégénérative se manifeste le plus communément par des douleurs présentes dans le cou et dans le bas du dos. Cependant, ces douleurs peuvent se propager dans les bras, les jambes et les fesses.
 
Les douleurs ressenties peuvent être très légères à fortes selon les patients. Le symptôme précoce le plus courant est souvent une sensation de faiblesse dans le dos qui se répand dans une autre zone du corps. Il peut également être à l’origine de tensions musculaires dans le bas du dos ou du cou.
 
La douleur peut être plus intense en position assise, en se penchant, en soulevant ou en se tournant.
 
Le diagnostic de la discopathie dégénérative
Pour diagnostiquer une discopathie dégénérative, le chiropracteur s’intéressera aux antécédents médicaux et procédera à un examen physique. Il peut demander des examens d'imagerie comme des radiographies, une imagerie par résonance magnétique (IRM) ou une tomodensitométrie (TDM) afin d'obtenir un meilleur aperçu des disques et des structures osseuses.
 
Chiropraxie et discopathie dégénérative
La chiropraxie peut aider à soulager les douleurs de patients atteints de discopathie dégénérative, grâce à un traitement adapté à chaque patient. Une étude a notamment démontré l’efficacité des thérapies manuelles pour cette pathologie. Le chiropracteur peut permettre, grâce aux manipulations vertébrales, de d’améliorer la mobilité vertébrale de réduire significativement de la douleur.
 
Source





Dans la même rubrique
< >