Sommaire
Article publié le 09/06/2017 à 01:00 | Lu 420 fois

Pour l'armagnac Castarède, c'est l'année des récompenses !

L’année 2017 est une année en or pour la maison Castarède, qui en un trimestre, a trusté les récompenses. Une médaille d’or au concours général agricole de Paris, un titre de meilleur armagnac du monde en Grande Bretagne, et le titre d’Entreprise du Patrimoine Vivant. Une année qui débute sous les meilleurs auspices.


Alcool oublié qui, pour certains, est assimilé aux réunions de notables de la quatrième république, l’armagnac, c’est avant tout le terroir français. C’est l’accent rocailleux de la Gascogne, c’est le pays des bastides, c’est le foie gras et c’est les confits !  Autant de raisons pour prendre le temps de réapprendre à boire cet alcool qui donne envie de prendre son temps.
 
Avec l’armagnac Castarède, on aborde à la fois l’histoire d’une marque fondée en 1832 et aussi, l’histoire de France récente au travers du parcours de Jean Castarède, un grand commis de l’Etat et également, un auteur prolifique qui aborda avec le même bonheur l’histoire et l’économie.
 
Aujourd’hui, avec Florence Castarède c’est la sixième génération qui a la charge de mettre en valeur ce patrimoine familial.  Conquérir une nouvelle clientèle plus jeune devient un impératif. Il est nécessaire de pénétrer l’univers de ces nouveaux consommateurs qui fréquentent les bars et apprécient les cocktails et les longs drinks...

Un dynamisme commercial qui se traduit cette année par une médaille d’or au concours général agricole de Paris avec le Castarède XO 20 ans d’âge, « World Award » du meilleur armagnac pour le Hors d‘Age 20 ans d’âge et le label Entreprise du Patrimoine Vivant. C’est dans cet esprit de conquête d’une clientèle nouvelle que la maison Castarède propose des produits comme le Brut de Fût qui est un single cask de 18 ans d’âge issu à 100% de cépage Folle Blanche.
 
Dans le même esprit la Blanche d’Armagnac, qui est un assemblage de Folle Blanche, d’Ugni-blanc et de Colombard, cultivé en cuve inox, sera parfait en cocktail ou frappé avec un glaçon. Quant au XO 20 ans d’âge qui vient de recevoir sa médaille d’or, s’il peut être travaillé en cocktail, il mérite d’être dégusté sec ou avec un glaçon. Avec un nez de fruits secs et de vanille, il dévoile un goût de pain d’épices, d’abricot sec et de vanille. Raffiné et élégant, il offre une finale longue qui permet de l’apprécier totalement.
 
Joël Chassaing-Cuvillier