Sommaire
Article publié le 13/11/2018 à 03:08 | Lu 643 fois

Hernie discale et chiropraxie

Selon une étude américaine, 30 à 40% des adultes ne souffrant d’aucune douleur du dos présentent une hernie discale… Pourtant, chaque jour, les cabinets de chiropracteurs reçoivent des patients inquiets de présenter cette pathologie, et surtout, désireux d’en finir avec la douleur.


Hernie discale et chiropraxie
La hernie discale, qu’est-ce que c’est ?
Des cervicales aux lombaires, la colonne vertébrale est composée de vingt-quatre vertèbres mobiles. Entre elles, un disque intervertébral assure la mobilité de la structure et permet d’amortir les chocs qu’elle reçoit au quotidien. Ce disque est composé d’un anneau de cartilage fibreux et d’un noyau gélatineux.
 
Lorsque l’anneau de cartilage se fissure ou se rompt, une partie du noyau gélatineux s’insinue dans l’espace et devient alors saillant. La hernie discale est donc une saillie anormale d’une portion d’un disque intervertébral. Et elle n’est douloureuse que lorsque le point saillant comprime une racine nerveuse. La grande majorité des hernies survient dans la région lombaire, en bas du dos.
 
Quelles sont les causes de la hernie discale ?
Les causes de la hernie discale sont multiples : dégénérescence des disques intervertébraux, qui s’assèchent avec l’âge ; action brusque dans une mauvaise posture ; surpoids ou encore hérédité. La hernie discale est une pathologie banale particulièrement répandue.
 
Elle concernerait près de 30% des individus de 20 ans pour atteindre 43% des personnes âgées de 80 ans. Parmi ces « malades », plus de 30% ne présenteraient aucune douleur. On parle alors de hernie asymptomatique. Si banale soit-elle, la hernie discale gagne à être détectée et traitée, dès lors qu’elle est douloureuse.

Chiropraxie et hernie discale

La chiropraxie est indiquée dans le traitement de la hernie discale. Son efficacité est scientifiquement établie. A ce titre, une recherche datant de 2014 confirme que les patients souffrant de hernie discale aiguë et chronique rapportent une amélioration cliniquement significative après traitement par manipulation chiropratique.
 
Si l’historique des douleurs et l’examen clinique pratiqué par le chiropracteur sont déterminants dans la prise en charge proposée, l’imagerie médicale apporte une confirmation utile en cas de doute sur l’origine de la douleur. Le chiropracteur est donc susceptible de demander une IRM avant de prodiguer des soins.
 
In fine, le bon traitement est celui qui permet de grossir les rangs des 30 à 40% d’adultes présentant une hernie discale sans en souffrir !





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 18 Décembre 2018 - 04:43 La santé du futur : entre espoirs et inquiétudes