Sommaire
Article publié le 02/08/2017 à 01:00 | Lu 613 fois

Arteon : quand Volkswagen s'affirme dans le haut de gamme

Avec ce nouveau modèle, le constructeur allemand démontre que l’on peut encore inscrire dans les gammes autre chose que des SUV. Bien sûr, la catégorie des grandes berlines n’a plus toutes les faveurs des clients, mais sa présence reste néanmoins indispensable dans les catalogues des marques.


Prenant la succession de la berline CC, l’Arteon est sans conteste un modèle statutaire. Bien dessinée, moderne et élégante, elle impose une image de haut de gamme. En s’inscrivant au sein de cette catégorie rare des coupés quatre portes, l’Artéon sera sans aucun doute un modèle parfait pour les sociétés ainsi que pour les VTC.
 
VW France se projette d’ailleurs avec 80% de vente pour les flottes et les sociétés. Seuls 20% des 2.000 véhicules prévus en 2018 seront achetés par des particuliers. Ses dimensions en font d’ailleurs un véhicule où le confort des passagers arrière a été privilégié.
 
En effet, si l’Arteon gagne 6 cm sur la longueur par rapport à la CC, elle gagne 13 cm dans l’empattement. Il s’agit là de l’utilisation la plus extrême de la plateforme MQB utilisée entre autre pour la Passat. Il convient également de ne pas traiter cette Arteon comme l’héritière de la Passat CC apparue en 2008 et de la CC qui lui succéda en 2012. 

L’Arteon est un modèle à part entière qui bénéficie d’un design original et réussi. Une large calandre qui se prolonge dans les blocs optiques, lui offre un dynamisme évident. Autre particularité stylistique, l’absence totale d’encadrement de vitres.

Un rappel aux « four doors hard top » américaines des années soixante. Si à l’époque la rigidité faisait défaut, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Une astuce de design qui allège la voiture et lui apporte un côté cruising très rafraîchissant.
 
Autre spécificité de ce nouveau modèle : l’absence de motorisation « haut de gamme » ; en effet on ne trouve pas la moindre proposition de six cylindres. Seuls des quatre cylindres Diesel ou essence seront disponibles (trois essence et trois Diesel). Curieusement, une motorisation hybride ne semble pas au programme pour l’instant. 

Nous avons privilégié, comme souvent, un moteur essence qui s’est avéré à la fois dynamique et sobre sur un parcours d’essai aux routes sinueuses. Sachant bien sûr qu’il ne s’agit pas là d’une voiture à vocation sportive.
 
A bord, le confort est parfait notamment aux places arrière qui sont plus généreuses que celles de la BMW série 4 ou l’Audi 5. Esthétiquement réussie, agréable à conduire et bien équipée, la VW Arteon ne viendra certes pas contrecarrer la vague des SUV en matière de voitures familiales mais s’avère être un excellent chaînon dans la catégorie des véhicules de sociétés en apportant une image de modernité à ses utilisateurs.
 
Son prix, relativement élevé, la destine d’ailleurs prioritairement à une clientèle professionnelle. La clientèle privée préférant choisir un label plus valorisant.
 
Joël Chassaing-Cuvillier

​La Volkwagen Arteon en quelques chiffres

Moteur essence 4 cylindres turbo transversal – 1 964 cm3 ( x mm) – 280 ch à 5 100  tr/min – 350  Nm à 1700 tr/min
 
Transmission intégrale permanente — Boîte automatique double embrayage à 7 rapports –
 
Dimensions : 486,2 x 187,1 x 145 cm, empattement : 284 cm - Poids : 1716 kg
 
Pneumatiques 235/55 R17
 
Vitesse : 250 km/h – Accélération de 0 à 100 km/h :5,6 s
 
Émissions de CO2 : 164 gr/km
 
Prix : dès 53 500 euros