Sommaire
Article publié le 02/10/2018 à 05:19 | Lu 1497 fois

Charles Aznavour : l'âge, la vieillesse et la mort

Charles Aznavour n’est plus. L’un des plus grands chanteurs auteurs et compositeurs français de tous les temps vient de quitter la scène à l’âge de 94 ans. Il ne s’agit pas ici de revenir sur cette carrière exceptionnelle, les autres grands médias le feront très bien, mais tout simplement de recueillir quelques-unes de ses phrases sur la vieillesse et l’âge.


Charles Aznavour est décédé le 1er octobre dernier, le jour de la Journée Internationale des personnes âgées. Il avait 94 ans et préparait sa prochaine tournée dans le monde. Il semblait en forme malgré un accident domestique en mai dernier ; une mauvaise chute qui l’avait contraint à annuler certains concerts. Il s’était cassé le bras. L’humérus.
  
Tous les médias vont revenir sur sa carrière, ce n’est donc pas notre propos ici. Les autres le feront très bien… En revanche, ce qui nous intéresse, c’est de revenir sur son point de vue sur l’âge et la vieillesse, une thématique que l’artiste abordait régulièrement au fil de ses interviews. Surtout depuis une dizaine d'années. 
 
Après sa chute, l’artiste évoquait, non sans humour son état de santé sur RTL : « je vais mal et bien. Mal, parce que c'est douloureux mais bien parce que je suis optimiste. J'ai chuté deux fois, la deuxième fois c'était sur la tête mais la tête s'est guérie tout de suite et le bras pas. J'ai quatre fractures dans le bras, ce qui prouve que la tête sert à quelque chose ».
 
Dans le magazine Gala, il parlait de la vieillesse en ces termes : « la vieillesse ? Je ne connais pas ce mot ! Prendre de l'âge, c'est un chiffre de plus, mais la vieillesse c'est une attitude différente, un état d'esprit qui ne me convient pas  ! »
 
Toujours sur RTL, le grand artiste parlait aussi de la vieillesse en ces termes : « (...) On vit très bien quand on est vieux, et parfois souvent mieux que quand on était jeune parce qu'on a appris beaucoup de choses. On a appris aussi qu'il fallait abandonner beaucoup de choses, que la vieillesse n'est pas le dernier cachot du monde. La vieillesse ça s'apprend, ça se travaille, ça se fait mais autant que si on était jeune. Moi je prends juste de l'âge, je ne vieillis pas ».
 
Lui qui n’envisageait pas de quitter la vie sans être centenaire (pour ses cent ans, il voulait se produire sur scène à la Concorde dans l’axe de l’Arc de Triomphe) ajoutait que la mort ne lui faisait pas vraiment peur. En revanche, il craignait de perdre la vue : « ce n'est pas le fait de disparaître qui me fait peur, ne plus parler, ne plus chanter, ça m'est égal, mais l'idée de perdre le regard, de ne plus voir, ça c'est terrible ».
 
Comme le rappelle la Tribune de Genève dans un article dédié à l’artiste, dans sa chanson intitulée « J'abdiquerai », le chanteur évoquait la mort en s'amusant ironiquement de son statut de monument de la chanson : « s'il me reste encore un beau spectacle à faire/Un bel enterrement flatterait mon ego ».
 
A ce sujet d’ailleurs, en janvier dernier, alors qu’il était l'invité de Catherine Ceylac dans l'émission « Thé ou Café » sur France 2, il déclarait qu’il aimerait voir inscrit sur son épitaphe « Encore des vers ». Bon voyage Monsieur Aznavour.