Sommaire
Article publié le 16/06/2020 à 09:54 | Lu 3924 fois

Santé à domicile : La Poste investit dans la télésurveillance des pathologies chroniques




Après avoir racheté les entreprises Asten Santé et Diadom, le groupe La Poste poursuit son
développement dans les services de santé à domicile en entrant au capital de Newcard, une start-up spécialisée dans la télésurveillance des pathologies chroniques. L’idée étant de renforcer l’ancrage du groupe dans le domaine de la télésurveillance médicale, secteur d’avenir s’il en est !


Depuis des années, La Poste a évolué et s’est investie dans le marché des seniors. Elle fut même parmi les toutes premières grandes entreprises à s’intéresser de près à la Silver Economy, bien avant que ce terme ne devienne générique.
 
Service à domicile, portage de repas, tablette et téléphone pour les seniors, etc. Les services sont nombreux et variés. Depuis 2017, avec les racahts d’Asten Santé et de Diadom, Le groupe construit un panel d’offres de prestation de santé à domicile qui visent à apporter aux patients des services et matériels nécessaires à une prise en charge à domicile (155 millions de CA en 2019).
 
Aujourd’hui donc, La Poste renforce sa présence sur ce secteur, celui de la télésurveillance médicale, un secteur d’avenir, en prenant 27% des parts de la société Newcard.
 
« L’enjeu est de faire converger les meilleures expertises médicales, digitales et logistiques pour proposer des services de santé à domicile innovants qui améliorent la prise en charge des patients, facilitent le suivi par les professionnels de santé et garantissent l’intérêt médico-économique » indique le communiqué du groupe.

Lire aussi : la télésurveillance : une solution d'avenir dans le domaine de la santé
 
Rappelons que cette entreprise est spécialisée dans le suivi de l’insuffisance cardiaque et de la transplantation rénale et qu’elle envisage d’étendre la télésurveillance à d’autres maladies chroniques (insuffisance respiratoire, diabète, troubles neurologiques…) et de développer ainsi de nouveaux modes de prise en charge.
 
A ce jour, l’insuffisance cardiaque concerne plus d’un million de patients, et engendre environ 150 000 hospitalisations par an.
 
La pandémie de Covid-19 a mis en avant la nécessité d’accélérer le développement de nouveaux services pour permettre aux professionnels de santé de mieux accompagner les patients en intégrant le suivi à domicile dans leur parcours de santé.
 
Avec son service de télésurveillance de l’insuffisance cardiaque « 1 Minute pour mon Cœur », l’entreprise a « montré durant la pandémie l’intérêt de ce suivi pour maintenir un suivi de qualité de ces patients à risque de formes sévères, dans un contexte de moindre recours aux soins » ajoute le communiqué.
 
Au-delà de cette crise, cette prise de conscience sociétale sera un accélérateur pour le déploiement des services de télémédecine et l’amélioration du parcours de soins.