Sommaire
Article publié le 06/03/2019 à 03:12 | Lu 1015 fois

Semaine mondiale du glaucome 2019 : il faut renforcer le dépistage !

L’Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels (UNADEV) est engagée dans la lutte contre le glaucome et se mobilise comme chaque année avec ses partenaires depuis huit ans. Alors que se tiendra du 10 au 16 mars 2019, la Semaine mondiale du glaucome, rappelons que cette maladie des yeux qui touche principalement les seniors reste encore peu connue et que son dépistage est un enjeu primordial.


Première cause de cécité absolue dans le monde et avec plus d’un million de personnes touchées en France, le glaucome est une pathologie oculaire grave. Selon la Haute Autorité de Santé (HAS), le glaucome pourrait toucher 2 millions de personnes en 2020 en France. Un véritable problème de santé publique quand on sait que près de la moitié des personnes concernées l’ignore.
 
En effet, cette pathologie « silencieuse » est insidieuse car elle est sans symptôme jusqu’à un stade avancé ; seuls un suivi régulier chez l’ophtalmologiste, une prise en charge précoce et la mise en place d’un traitement adapté permettent d’éviter d’importantes pertes du champ visuel menant, à terme, à la cécité.
 
D’où l’importance de la Semaine Mondiale du Glaucome qui s’est imposée, au fil des années, comme un rendez-vous incontournable de sensibilisation dans les pays anglo-saxons et notamment aux Etats-Unis.  
 
Dans ce contexte, l’Unadev va lancer une grande campagne nationale d’information et de sensibilisation dans les médias et sur les réseaux sociaux intitulée « Ne laissez pas le glaucome vous voler la vue ». L’opération se déclinera dans plusieurs villes et notamment à Lyon avec l’installation du Village du glaucome du 12 au 14 mars sur la place Antonin Poncet.
 
« La mutualisation des actions préventives permet d’envisager de réelles retombées encourageantes » indique Alain Boutet, président de l’UNADEV. Et d’ajouter : « cela pourrait ouvrir la voie à un dépistage plus systématique chez les personnes à risque et aussi, à une meilleure prise en charge des nouvelles techniques chirurgicales dites « peu invasives » ».
 
Cette campagne est complétée par plusieurs conférences ouvertes à tous et organisées en région, notamment à Lille, Bordeaux, Boulogne, Pau et Toulouse, avec l’intervention de professionnels de la santé.