Sommaire
Article publié le 03/05/2018 à 01:00 | Lu 1785 fois

Retraites en Europe : c'est mieux mais peut mieux faire estime Bruxelles

Le rapport 2018 sur l'adéquation des retraites, publié cette semaine, analyse la façon dont les pensions actuelles et futures contribueront à prévenir la pauvreté des personnes âgées et à maintenir le revenu des hommes et des femmes pendant toute la durée de leur retraite. Ce rapport estime que les États membres accordent de plus en plus d'attention à la pérennité et à l'adéquation des retraites, mais que des mesures supplémentaires seront nécessaires à l'avenir.


Comme l’indique Marianne Thyssen, commissaire aux affaires sociales : « toute personne retraitée a le droit de vivre dans la dignité. Il s'agit d'un principe essentiel du socle européen des droits sociaux. Des pensions de retraite adéquates sont indispensables pour prévenir la pauvreté et l'exclusion sociale chez les personnes âgées en Europe, et en particulier chez les femmes ».
 
Et de poursuivre : « nous devons également veiller à ce que les personnes exerçant un travail atypique ou une activité non salariée ne soient pas laissées de côté. Notre priorité doit être de poursuivre les réformes engagées qui favorisent des pensions de retraite adéquates pour tous
 
À l'heure actuelle, rappelle le communiqué de la Commission européenne, le nombre d'Européens âgés exposés au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale a diminué de 1,9 million par rapport à il y a dix ans, tandis que le nombre de travailleurs âgés occupant un emploi a augmenté de 4,1 millions au cours des trois dernières années seulement.
 
Malgré ces améliorations en ce qui concerne la situation des retraités en Europe, il ne saurait être question de relâcher les efforts. Selon le rapport, environ 18,2% des personnes d'au moins 65 ans dans l'UE –soit quelque 17,3 millions– restent aujourd'hui exposées au risque de pauvreté ou d'exclusion sociale. Cette proportion est restée quasiment inchangée depuis 2013.
 
En outre, des différences importantes subsistent entre les pays et entre les groupes démographiques. Par exemple, les pensions de retraite des femmes sont encore inférieures de 37% à celles des hommes en raison de salaires plus faibles et de carrières raccourcies par l'exercice de responsabilités familiales. De même, les personnes exerçant un travail atypique ou une activité non salariée sont souvent confrontées à des conditions moins favorables d'accès aux droits à pension et d'accumulation de ceux-ci que les personnes occupant un emploi classique.
 
Le risque de pauvreté et d'exclusion sociale chez les personnes âgées augmente également avec l'âge. Plus de la moitié des ainés menacés de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'UE ont 75 ans ou plus. Cela s'explique par le fait que les besoins augmentent avec l'âge, tandis que la valeur des pensions diminue au cours de la retraite.
 
Les États membres ont mis les mesures visant à garantir l'adéquation des pensions nettement plus au centre de leur action, en particulier pour ce qui concerne les petites pensions de retraite, mais des efforts supplémentaires doivent être accomplis. Afin d'assurer l'adéquation et la pérennité des pensions actuelles et futures, les systèmes de retraite doivent promouvoir un allongement de la vie active qui tienne compte de l'augmentation continue de l'espérance de vie.
 
Cela peut être réalisé en encourageant l'éducation et la formation tout au long de la vie, en offrant un environnement de travail sûr et sain, en adaptant l'âge de départ à la retraite, en récompensant les départs à la retraite différés et en décourageant les départs anticipés. Les modalités de travail flexibles, y compris la possibilité de combiner la pension avec le revenu d'un travail, et les incitations fiscales au report du départ à la retraite sont de plus en plus répandues et continueront d'être importantes.
 
Les États membres devraient également prendre des mesures supplémentaires pour combler l'écart en matière de pensions entre les femmes et les hommes en mettant en place des politiques d'égalité des chances des femmes et des hommes en âge de travailler, qui visent par exemple à promouvoir l'équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée ainsi qu'une répartition égale des responsabilités familiales, et à apporter des solutions aux problèmes de participation au marché du travail, d'intensité de travail et d'interruption de carrière.
 
Les politiques en matière de retraite devraient en particulier protéger de manière adéquate les interruptions de carrière motivées par des responsabilités familiales. Conformément au socle européen des droits sociaux, la Commission entend soutenir les États membres qui accomplissent des efforts en ce sens, notamment dans le cadre de sa proposition d'amélioration de l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle des parents et aidants qui travaillent.
 
Enfin, il importe également de continuer à étendre le champ d'application des régimes de retraite aux personnes exerçant un travail atypique ou une activité non salariée et de promouvoir l'épargne-retraite complémentaire. Dans le même ordre d'idées et toujours dans le cadre du socle européen des droits sociaux, la Commission a récemment présenté une proposition de recommandation sur l'accès à la protection sociale.
 
Le rapport sur l'adéquation des retraites est élaboré tous les trois ans par la Commission européenne et le Comité de la protection sociale. L'édition de 2018 analyse la façon dont les pensions actuelles et futures contribueront à prévenir la pauvreté des personnes âgées et à maintenir le revenu des hommes et des femmes pendant toute la durée de leur retraite.

Source