Mathias Malzieu, lauréat 2022 du Prix Cogedim Club pour Le guerrier de porcelaine

Doté d’une récompense de 5.000 euros, le Prix du Livre Cogedim Club met à l’honneur, chaque année, un roman ou récit francophone où la famille et la transmission sont au cœur de l’intrigue. Parmi les trois finalistes en compétition, Mathias Malzieu a eu la faveur du jury pour Le guerrier de porcelaine (Albin Michel, janvier 2022).





Mathias Malzieu, lauréat 2022 du Prix Cogedim Club pour Le guerrier de porcelaine
Il aura fallu plus de six ans à Mathias Malzieu (fondateur du groupe de rock Dionysos) pour écrire Le guerrier de porcelaine, son roman le plus intime, où, alliant humour et poésie, il retrace l’enfance de son père et s’interroge sur les liens puissants de la filiation.
 
L’histoire ? En juin 1944, le père de Mathias, le petit Mainou, neuf ans, vient de perdre sa mère, morte en couches. On décide de l’envoyer, caché dans une charrette à foin, par-delà la ligne de démarcation, chez sa grand-mère qui a une ferme en Lorraine.
 
Ce sont ces derniers mois de guerre, vus à hauteur d’enfant, que fait revivre Mathias Malzieu, mêlant sa voix à celle de son père. Mainou va rencontrer cette famille qu’il ne connaît pas encore, découvrir avec l’oncle Émile le pouvoir de l’imagination, trouver la force de faire son deuil et de survivre dans une France occupée.
 
L’écrivain était en l’occurrence, en compétition avec La porte du voyage sans retour de David Diop (Le Seuil, août 2021) et Les Silences d’Ogliano d’Elena Piacentini (Actes Sud, janvier 2022).
 
« C’est très émouvant parce que ça va faire plaisir à mon papa, au personnage et au lien qui nous unit indique l'auteur. Bien sûr, quand celui-ci a reçu le livre, c’était déjà quelque chose, mais recevoir un prix (…) a été un moment extrêmement joyeux. C’est donc presque ça le plus beau cadeau ! C’est pour moi, pour lui, mais c’est surtout ce moment où je lui ai dit que j’avais le prix, où je lui ai dit : ON a le prix !"
 
Mathias Malzieu entame sa carrière d’homme poétique en 1993 en fondant le groupe de rock Dionysos. Depuis, il développe son univers sous forme de livres, de disques et de films. Il connaît un immense succès populaire avec La Mécanique du cœur (2007), traduit dans plus de vingt pays.
 
Son récit autobiographique, Journal d’un vampire en pyjama (2016), a reçu le Prix Essai France Télévisions et le Grand Prix des Lectrices de Elle, son roman Une Sirène à Paris s’est vu accompagné d’un album et d’un film éponyme qu’il a réalisé avec entre autres les comédiens Nicolas Duvauchelle et Marilyn Lima.
 
Présidé par Brigitte Fossey, le jury était composé d’Éric Bouhier (écrivain), d’Élodie Fondacci (journaliste), de Philippe Grimbert (écrivain et psychanalyste), de Francesca Mantovani (photographe), de Delphine Peras (journaliste) et de Pascale Senk (journaliste et auteur de haïkus).
 
Créé en 2020, le Prix du Livre Cogedim Club distingue des romans et récits francophones où la famille et la transmission sont au cœur de l’intrigue. Il vient clore une année de lectures et d’échanges au sein des clubs de lecture des 28 résidences services seniors Cogedim Club participantes.
 
Impliqués dans le processus de sélection, les 300 résidents qui participent au club de lecture, votent chaque année en juin pour trois titres parmi une sélection de six ouvrages.
 
Les lauréats des éditions précédentes

2021 : Olivier Mak-Bouchard, Le Dit du Mistral (Le Tripode, août 2020
2020 : Anne Icart, Lettres de Washington Square (Robert Laffont, janvier 2020)

Article publié le 25/10/2022 à 01:00 | Lu 910 fois