Sommaire
Article publié le 08/07/2021 à 01:00 | Lu 4246 fois

Les Gérontopôles : un axe d'innovation sur les territoires




Ils sont dix à couvrir le territoire national. Les Gérontopôles, qui fédèrent autour d’une même entité des acteurs du bien vieillir afin de promouvoir la santé des personnes âgées, sont également un lieu d’expression des pratiques alternatives et complémentaires.


Photo Micheile Henderson for Unsplash
Parmi les dix Gérontopôles* français, nés dans les années 2000, seul l’un d’entre eux a obtenu un label ministériel, à savoir le Gérontopôle de Toulouse, en raison de la politique nationale menée à l’époque.
 
« A partir de 2007 et jusqu’à aujourd’hui, le déploiement des Gérontopôles s’est davantage appuyé sur la sphère régionale et sur la pratique, que sur l’existence d’un cahier des charges », fait savoir le Pr Gilles Berrut, président-fondateur du Gérontopôle Pays de la Loire.
 
Ces structures, en interface avec les régions, les collectivités territoriales, les Agences régionales de santé, les caisses de retraite, sont des lieux de rencontres entre professionnels de santé, usagers, entreprises autour de la santé des personnes âgées.
 
« Nous pouvons résumer l’action des Gérontopôles à travers quatre axes, à savoir la recherche, la formation, la silver économie et les territoires, rapporte le Pr Berrut. Mais l’application de ces axes est propre à chacun. »
 
Un soutien aux MCA
En Pays de la Loire, le Gérontopôle a été sollicité de nombreuses fois par des praticiens en médecines alternatives et complémentaires, souhaitant développer leur pratique pour les seniors. 
 
« Nous avons pu constater une problématique prégnante, à savoir leur difficulté à faire reconnaître leur exercice et à accéder à une forme de légitimité vis-à-vis des professionnels ayant des pratiques conventionnelles, indique le Pr Berrut. Une situation qui s’explique notamment par le manque d’études prouvant l’intérêt de ces MCA face aux problématiques des personnes ayant des troubles cognitifs. »
 
Le Pr Berrut a donc appuyé, via le Gérontopôle, la création en 2016 de l’association IRIS, qui regroupe des professionnels pratiquant les MCA, reconnus dans leur secteur, afin d’améliorer l’accompagnement et l’autonomie des personnes fragilisées.
 
« L’idée au travers de cette association est d’offrir aux établissements qui y adhèrent, un portefeuille de MCA mis à leur disposition en échange de leur cotisation à l’association », explique-t-il.
 
Prendre en compte les troubles des fonctions exécutives
Les personnes âgées résidant dans les maisons de retraite ont généralement des troubles des fonctions exécutives. « De fait, toutes les pratiques pouvant faire appel à des capacités d’innovation et d’adaptation de la personne et la stimuler, vont avoir un effet positif sur son cerveau et sa santé, rapporte le Pr Berrut pour expliquer la création de cette association. Il s’agit d’un excellent stimulant des fonctions cognitives et comportementales. »
 
Il est important selon lui de proposer des thérapies prenant en compte les troubles des fonctions exécutives et d’envisager leur évaluation.

« C’est d’ailleurs tout l’intérêt de l’Agence des médecines alternatives et complémentaires (A-MCA) dont le travail permet de faire reconnaître à leur juste valeur, les personnes qui travaillent dans ce domaine, leurs métiers ainsi que leur indication, soutient-il.
 
L’avantage est majeur, car cela montre une préoccupation naissante vis-à-vis de l’existence des troubles exécutifs, donc leur évaluation possible et leur prise en charge. C’est un mouvement très vertueux qui se met en place. »
 
*Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté, Bretagne, Ile-de-France, Nouvelle Aquitaine, Pays de la Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Seine Estuaire Normandie, Sud Provence, Toulouse. Ces dix Gérontopôles ont décidé mi-juin, de créer un think tank national sur les grands enjeux du vieillissement, un comité scientifique pour un partage d’expériences ainsi que l’organisation d’actions de recherche communes, et de développer conjointement le programme ICOPE de l’Organisation mondiale de la santé.