Le marché des voitures neuves reprend des couleurs, celui des occasions de moins de 5 ans dévisse

Le marché des voitures neuves confirme une tendance haussière faisant même valoir une progression à deux chiffres : 133.960 immatriculations, pour + 10%. Au cumul des onze premiers mois de l’année 2022, les modèles 100% électriques représentent 13% du marché.





Le marché des voitures d’occasion a accusé un nouveau mois de repli marqué (- 10,6%, avec 416.469 transactions). Le segment des véhicules d’occasion de moins de cinq ans est en chute (- 22,6% soit 126.874 unités). Les véhicules d’occasion Crit’Air 3 et plus, continuent de représenter 34,5% des transactions.
 
En novembre, le marché des voitures neuves renoue avec une croissance modérée. Après de longs mois d’affaissement sur le marché français des véhicules neufs (VPN), la fin de l’été 2022 avait fait jaillir une petite étincelle que le mois d’août avait transformée en croissance timide.
 
Une poussée estivale que les mois de septembre et d’octobre étaient venus soutenir, affichant tous deux une progression de + 5,5%. En novembre, le marché confirme cette tendance haussière faisant même valoir une progression à deux chiffres : 133.960 immatriculations, pour + 10%.
 
Si le regain tant attendu se précise, alors que le marché des voitures neuves semblait alors avoir touché son point le plus bas, la reprise reste modérée.
 
D’une part, les incertitudes industrielles et économiques liées aux difficultés d’approvisionnement et de production restent présentes et, d’autre part, l’indice de comparaison avec 2019 demeure sans appel : - 22,5 % sur le mois de novembre (et - 632.077 unités au cumul des onze premiers mois de l’année).
 
Le marché des voitures neuves a donc enregistré un quatrième mois consécutif de progression en novembre (+ 10%). Toutefois, au cumul des onze premiers mois de l’année, le marché français du neuf reste en négatif avec une baisse de - 9%.
 
AAA DATA, l’expert de la donnée augmentée, enregistre 133.960 immatriculations de voitures neuves sur le mois écoulé, contre 121.994 en novembre 2021.

Julien Billon, directeur général de AAA Data, estime que : « le marché des voitures neuves reprend des couleurs depuis plusieurs mois. Est-ce le retour à une meilleure fortune ? L’indicateur des commandes plonge à nouveau en octobre et accentue la tendance négative observée depuis le début de l’année. Les incertitudes, tant sur l’approvisionnement des industriels que sur le pouvoir d’achat des Français, continuent de peser ».
 
Et ce spécialiste de poursuivre : « à y regarder de plus près, la bonne performance du marché neuf est plus le fait de livraisons attendues concentrées sur quelques marques mais aussi, et c’est le fait nouveau du mois, au tout début des volumes significatifs des nouveaux entrants chinois sur le marché des véhicules électriques ».
 
Les régions Hauts de France et Auvergne Rhône-Alpes confirment leur progression. Profitant de la reprise des commandes, toutes les régions enregistrent une progression des immatriculations de voitures neuves au mois de novembre.
 
Si l’Ile-de-France atteint le seuil de 20% des immatriculations, l’Auvergne Rhône-Alpes et les Hauts de France sont au coude à coude sur le podium, la première affichant plutôt une croissance stable (+5 %) et la seconde en forte hausse (+ 12%) ; 12% de part de marché pour la région Auvergne Rhône-Alpes et Hauts de France 11%.
 
Comme en octobre, la Corse et la Normandie affichent un franc dynamisme, respectivement + 75% et +34%. L’Occitanie a aussi connu un mois porteur (+ 22%).
 
En revanche, les véhicules diesel décrochent face aux modèles électriques. C’était une première dans l’histoire du marché français en septembre, la tendance se confirme et se vérifie pour le mois de novembre : les immatriculations de véhicules électriques sont désormais plus nombreuses que celles des modèles diesel.
 
Au cumul des onze premiers mois de l’année, les modèles 100% électriques représentent 13% du marché. Un marché qui reste dominé par les voitures essence (37% de part) et les hybrides (28% de part), malgré l’érosion permanente du segment des hybrides rechargeables (-11%).
 
La catégorie des énergies alternatives continue de progresser très significativement (+ 69% pour une part de marché qui s’établit à 6%), sur fond de crise du pouvoir d’achat et de forte volatilité des prix des carburants.

Un marché de l’occasion toujours en perte de vitesse

En novembre, le marché des voitures d’occasion a accusé un nouveau mois de repli marqué (- 10,6%, avec 416.469 transactions). Le segment des véhicules d’occasion de moins de cinq ans n’en finit plus de chuter (- 22,6% soit 126.874 unités) et celui des VO de 5 à 10 ans commence aussi à souffrir (-10,7%).
 
Sans surprise donc, le segment des voitures d’occasion de plus de dix ans continue à être celui qui résiste le mieux (- 0,9%).
 
Pour autant, alors que les Zones à faibles émissions (ZFE) continuent d’être déployées dans les métropoles françaises et les décisions européennes entérinant la fin de la commercialisation des voitures neuves thermiques en 2035 se confirmant, les véhicules d’occasion Crit’Air 3 et plus continuent étonnamment de représenter 34,5% des transactions.

Article publié le 07/12/2022 à 02:12 | Lu 1581 fois




Twitter
Facebook