Sommaire
Article publié le 26/07/2021 à 11:41 | Lu 1657 fois

La conspiration des belettes : ménage à quatre seniors (film)




Le film La conspiration des belettes, datant de 2019, est sorti dans les salles françaises le 21 juillet 2021. Réalisé par Juan José Campanella, ce long-métrage met en scène quatre septuagénaires vivant ensemble, et confrontés du jour au lendemain, à des agents immobiliers sans scrupules. Humour noir au programme.


Copyright Eurozoom
Avant de présenter ce nouveau film mettant en scène ce quatuor de seniors, précisons que La conspiration des belettes est un remake d’un film argentin, Los muchachos de antes no usaban arsénico, sorti à l’origine en 1976 et réalisé à l’époque par José A. Martínez Suárez.
 
Juan José Campanella avait imaginé une première version de ce scénario en 1997, qui a finalement peu changé dans sa version définitive si ce n’est que « les personnages qui appartenaient aux années 1940-50, sont devenus des personnages des années 1960-70, ce qui était bien mieux. En effet, ces personnages étaient ainsi associés à une expérience de vie marquée par le sexe, la drogue et le rock’n roll. Je pense que c’est ce changement de génération dans le scénario qui a apporté une nouvelle vitalité aux personnages dans le film ».
 
Plus concrètement, ce long-métrage met en scène quatre vieux copains : un réalisateur, un scénariste, une actrice à la gloire passée et son mari ancien acteur, qui partagent tous une grande maison isolée à la campagne qui appartient à la comédienne... De la cohabitation senior avant la lettre.
 
Ils mènent une vie paisible (même si on sent des tensions sous-jacentes), coupés du monde, jusqu’à l’arrivée d'un jeune couple d’agents immobiliers sans scrupules, Barbara et Francisco, prêt à tout pour récupérer la propriété… Mais c’était sans compter sur la malice de ce quatuor de septuagénaires.
 
Avec Graciela Borges, Oscar Martinez, Luis Brandoni. Précisons que le réalisateur, Juan José Campanella a remporté en 2010 l’Oscar du meilleur film étranger pour Dans ses yeux.