Sommaire
Article publié le 17/09/2021 à 01:00 | Lu 1771 fois

Femmes : le point sur les douleurs articulaires et de mal de dos hors TMS




Pour les chiropracteurs, identifier les blessures et les troubles musculo-squelettiques, puis comprendre les causes permettent de prendre en charge et de prévenir les dysfonctionnements de l’appareil locomoteur spécifiques aux femmes.


Le port de talons hauts et le sac à main, propices aux TMS
Les tendances de mode peuvent jouer un rôle sur la posture féminine et il arrive que certaines femmes portent des chaussures plus étroites que leurs pieds. Également porter régulièrement de hauts talons contribue à provoquer des cervicalgies et de lombalgies.
 
Quant au port du sac à main provoquant des déséquilibres, il figurerait parmi les causes les plus plausibles des douleurs lombaires et de la nuque.
 
Attention aux sacs qui sont portés en bandoulière car cette posture entraîne une contraction du trapèze et de l’élévateur de la scapula (angulaire de l’omoplate) du côté porteur, susceptible de devenir chronique, de développer et d’entretenir des douleurs cervico-dorsales et localisées au niveau de l’épaule.
 
Pour ce cas, le chiropracteur conseille plutôt un sac à dos, en évitant de le surcharger. Selon une étude de la British Chiropractic Association (BCA) qui a suivi 2.000 Britanniques, 22% des femmes ont affirmé avoir mal au dos ainsi qu'à la nuque tous les jours ; des douleurs s’affirmant dans le temps puisque 27% des sondées ont dit ressentir ces douleurs de façon lancinante depuis dix ans.
 
La fibromyalgie, des répercussions sur la région lombaire mais pas seulement...
La fibromyalgie est une cause fréquente de douleur affectant de nombreuses parties du corps, et parfois le bas du dos. Ce trouble induit une douleur chronique diffuse au niveau des muscles et des tissus mous, dans des zones extérieures à la région lombaire.
 
Ces douleurs fluctuent dans leur intensité et touchent le plus souvent les épaules, la nuque, entre les deux omoplates, le bas du dos et les hanches. La fibromyalgie toucherait 1,4 à 2,2% de Français de plus de 30 ans et, pour les malades, à 90% des femmes, cette pathologie aurait de fortes répercussions sur la vie quotidienne.
 
Principalement marquée par des douleurs musculo-squelettiques -localisées partout le long de la colonne vertébrale, au niveau des articulations et dans les membres-, la fatigue et les troubles du sommeil, la fibromyalgie peut entraîner des symptômes aussi divers que des acouphènes, des allergies, des troubles intestinaux ou même sexuels.
 
Parmi ces symptômes si nombreux, le diagnostic est difficile à poser, et pour cause, la particularité de la fibromyalgie réside dans l’absence de toute anomalie décelable par imagerie médicale ou analyses
biologiques.
 
Les symptômes multiples de la fibromyalgie la rendent donc particulièrement complexe à traiter. Le traitement médicamenteux pourra avoir un effet bénéfique sur certains symptômes, la douleur par exemple, sans soulager les autres, comme la fatigue ; et inversement. Les principaux médicaments prescrits sont les antalgiques et les antidépresseurs.
 
De nombreuses techniques non médicamenteuses sont également susceptibles de soulager les malades : rééducation physique, thérapie cognitive et relaxation.
 
Parmi ces méthodes et thérapies non-invasives, la chiropraxie est appelée à prendre toute sa place. En effet, selon une étude parue dans Rheumatology International en 2015, associée aux méthodes habituelles, les manipulations cervicales permettent à moyen et long terme d’améliorer significativement la qualité de vie des malades, mesurée par différents questionnaires et échelles reconnus scientifiquement.