Sommaire
Article publié le 29/06/2020 à 01:00 | Lu 4246 fois

En quoi consiste la 5ème branche de la Sécu : entretien avec Laurent Levasseur de Bluelinea




Le Parlement a adopté dans la nuit du 15 au 16 juin 2020, les projets de loi relatifs à la dette sociale et à l'autonomie. La création de cette 5ème barnache a pour objectif de couvrir un 5ème risque : la perte d'autonomie. Qu’en est-il exactement ? Entretien avec Laurent Levasseur de Bluelinea, président du directoire.


En quoi consiste exactement cette 5ème branche de la Sécurité Sociale ?
Depuis plusieurs années, les gouvernements respectifs ont plus ou moins travaillé à mettre en place un financement de la dépendance.
 
Les acteurs du grand-âge regroupés sous l’appellation de « La Silver Économie » étaient dans l’attente d’une loi de finance pour accompagner la prise en charge des sujets liés au vieillissement de la population.
 
Avec la création de cette « 5ème branche » qui sera gérée par l’assurance maladie, l’état vient de nommer le pilote de cette prise en charge globale. Vieillir n’est pas une maladie mais avoir nommé  désormais un responsable au travers de l’assurance maladie, permet de fixer un cadre encourageant.
La mise en place d’une loi de finance associée est la prochaine étape importante.
 
A qui s'adresse-t-il exactement ce projet de loi ?
En 1948, la retraite à 65 ans était créée en France. L’espérance de vie d’un retraité était alors de 18 mois. Aujourd’hui, ce même retraité peut compter sur 35 à 40 années devant lui !
 
Il s’agit donc d’un enjeu humain important : oui, il est possible de vivre serein, autonome et longtemps mais à condition de créer les conditions de succès. S’employer à réunir toutes les conditions d’un bon accompagnement des personnes âgées n’est et ne sera plus une option.
 
Ce projet de loi aura un impact sur toute une famille et pas seulement les grands-parents…
 
La cause des seniors après la crise du Covid : au cœur des préoccupations des parlementaires ?
La crise du Covid a montré que notre société était loin de prendre soin de ses ainés aussi bien que nous l’imaginions. Lors de cet épisode inédit, notre attention s’est d’abord portée sur l’hôpital avant de prendre en considération l’urgence de la situation dans les EHPAD.
 
A ce propos, au-delà de compter les décès du Covid à l’hôpital et en EHPAD… Quid des personnes âgées confinées totalement isolées à leur domicile ? Même si certaines associations ont mis en place de nombreuses initiatives, les acteurs du service à la personne à domicile ont eu l’impression d’être des invisibles.
 
Tout ceci pour dire que la crise du Covid aura été un révélateur de nos faiblesses à propos de l’accompagnement de la perte d’autonomie. Je ne sais pas si nous allons constater la naissance d’un monde d’après, mais par contre, nous pouvons considérer cette crise comme un « premier avertissement ».
 
Il est donc maintenant temps d’agir pour nos ainés. Ces mêmes ainés qui sont à l’origine de toutes nos familles.