Sommaire
Article publié le 05/12/2017 à 01:00 | Lu 1616 fois

Do-Health : l'une des plus vastes études sur le vieillissement

Comment vieillir en bonne santé ? C’est ce qu’examine Do-Health, la plus vaste étude européenne sur le vieillissement lancée en 2012 et, sur le point d’aboutir. A noter que la célèbre romancière de polar Donna Leon apporte son soutien à cette étude en qualité d’ambassadrice.


Lancée en 2012, la plus vaste étude européenne sur le vieillissement est sur le point d’aboutir. Elle a inclus au total 2.157 femmes et hommes âgés de 70 ans et plus provenant de cinq pays dont 300 résident à Toulouse. Ces derniers sont suivis par le CHU de la ville, un des sept centres européens impliqués dans cette étude à long terme. 
 
Les participants se soumettent trois fois par semaine à un programme d’exercice simple, à réaliser à la maison, et prennent quotidiennement des compléments à base de vitamine D et d’acides gras oméga 3. Cette étude portant sur trois ans vise à déterminer quel est l’impact de ces mesures sur le risque (d'incidence) de fractures non vertébrales, d'augmentation de la pression artérielle, de déclin fonctionnel et cognitif, et le taux d´infections. 
 
Des études antérieures suggéraient un effet protecteur des trois mesures sur le statut fonctionnel de divers organes. « Si l’efficacité de ces trois mesures, bien tolérées et abordables, vient à être prouvée, l´impact sur la santé publique sera considérable, et permettra à des seniors de 70 ans et plus de rester actifs et en bonne santé plus longtemps », explique Heike Bischoff-Ferrari, auteur principal de l’étude.
 
La collecte des données s´achève, l´objectif de quatre visites cliniques d’une journée par participant sera atteint fin novembre de cette année. L’Université de Zurich a également pu constituer, au cours de l’étude, une biobanque de 200.000 échantillons destinés à des recherches ultérieures sur le vieillissement. « Les données détaillées sur le statut fonctionnel de nombreux organes clefs, associées aux données sur l’alimentation, l’activité physique et la qualité de vie, représentent un atout scientifique formidable pour améliorer la prise en charge médicale des seniors » explique encore Heike Bischoff-Ferrari.  
 
Toujours selon cette grande étude, les données de l’examen médical d’admission indiquent que 42% des seniors sont ce qu’on appelle des « healthy agers ». Ils ne souffrent d’aucune maladie chronique et jouissent d’une bonne santé mentale et physique. A Toulouse, ils représentent 37% des seniors. In fine, rappelons que Do-Health a pour objectif de prolonger l’espérance de vie en bonne santé des participants et de faire bénéficier les générations futures des connaissances ainsi obtenues. 
 
Des études antérieures montraient que l’espérance de vie de personnes souffrant d’une carence en vitamine D était inférieure à celles d’individus qui en absorbent en quantité suffisante. Les résultats indiquent par ailleurs que la vitamine D, transmise par un récepteur spécifique, a un impact positif sur la musculature, et par extension, pourrait en avoir un sur la prévention des chutes.
 
Le dosage de l’apport complémentaire en vitamine D semble cependant être essentiel dans la prévention des chutes. De fait, un dosage trop élevé pourrait avoir le résultat inverse à l’effet protecteur recherché. « Grâce à une étude préalable à Do-Health, nous avons constaté pour la première fois que la vitamine D a une dose thérapeutique : ni trop ni trop peu », indique Heike Bischoff-Ferrari. 
 
Ce qui rend Do-Health unique est la collecte, détaillée et répétée sur trois ans, de données de santé caractérisant aussi bien l’état général des participants que le statut individuel de nombreux organes, notamment la santé osseuse et musculaire. Toutes ces données peuvent ensuite être associées à des facteurs tels que le risque de chutes et de fractures, le déclin cognitif, le temps de réaction et la comorbidité.
 
L’évaluation des données tient en outre compte de l’influence qu’exercent les trois mesures thérapeutiques sur le recours aux prestations de soins telles que les visites médicales, la physiothérapie ou les hospitalisations. Enfin, les résultats vont mettre en évidence des différences de qualité de vie et d´état de santé parmi la population européenne de seniors. 
 
Do-Health dispose d’un considérable budget de 17,6 millions d’euros. Le principal contributeur est l’Union européenne à hauteur de 6 millions d’euros. L’Université de Zurich soutient l’étude à hauteur de 4,7 millions d’euros via une chaire de gériatrie et de recherche en vieillissement.