Sommaire
Article publié le 13/04/2018 à 01:00 | Lu 969 fois

Côtes de Gascogne : des rouges masculins et des blancs vifs

Coincée entre les Landes et le piémont des Pyrénées, la Gascogne étend son vignoble dans le département du Gers. Désormais, IGP Côtes de Gascogne, ses vins viennent compléter une région déjà riche d’une gastronomie spécifique et généreuse.


Avec des rouges, des blancs secs, des blancs doux ou moelleux, les Côtes de Gascogne restent il est vrai, encore méconnues. L’IGP, qui date seulement de 2009, comprend aujourd’hui 200 vignerons indépendants et 900 producteurs de raisins qui fournissent six caves coopératives.
 
Curieusement, les 13.000 hectares du vignoble Côtes de Gascogne produisent 85% de vins blancs. Ce qui facilite son exportation dans les pays anglo-saxon où les femmes sont de grandes consommatrices de vins blancs.
 
Après avoir grignoté petit à petit le vignoble réservé à la production d’Armagnac, les Côtes de Gascogne sont le premier IGP « blanc » du sud-ouest et de France. Mais au-delà de ces chiffres et des performances commerciales, les Côtes de Gascogne sont représentatifs d’une région chaleureuse où la joie de vivre s’exprime autour de plats typiques comme des confits d’oie.
 
Les Côtes de Gascogne, ce sont aussi des cépages locaux remis en culture, comme le Colombard utilisé dans les assemblages de vins blancs secs tout comme l’Ugni-blanc utilisé également pour la production de l’Armagnac.
 
Deux cépages qui pour la production des vins moelleux et doux peuvent être assemblés avec le Manseng (gros ou petit). Voire avec du Sauvignon pour certains producteurs. Quant aux vins rouges, outre les classiques Merlot et Cabernet, ils bénéficient du Tannat. Un cépage local que l’on retrouve également dans la production du Madiran.
 
Vifs et acidulés les blancs secs s’accommodent parfaitement d’un plateau de fruits de mer et de poissons grillés alors que les blancs moelleux seront parfaits avec un fromage de brebis sec. Quant aux rouges, puissants et boisés ils demandent une côte de bœuf ou un joli lièvre. Vendus entre 5 et 10 euros, les Côtes de Gascogne bénéficient d’un prix attractif qui devrait inciter le consommateur français à les découvrir.
 
Joël Chassaing-Cuvillier





Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Novembre 2018 - 01:00 Restauration : les seniors, une clientèle en or