Sommaire
Article publié le 16/10/2014 à 11:16 | Lu 1315 fois

​Doubs et aide à domicile : un intervenant pour une personne âgée !

Le département du Doubs (25) est en train d’expérimenter (et ce pour une période de deux ans) l’intervention d’un seul et même professionnel pour les soins et l’aide à domicile apportées aux personnes âgées. Explications.


​Doubs et aide à domicile : un intervenant pour une personne âgée !
Dans un monde qui vieillit, le maintien et l’aide à domicile des personnes âgées est un véritable enjeu de santé publique pour les années à venir… Afin de mieux répondre à cette tendance de fond, le Département du Doubs et l’Agence Régionale de la Santé (ARS) de Franche-Comté ont décidé de réfléchir de concert à la mise en place d’un interlocuteur unique.
 
Naturellement, au cours d’une même journée, les personnes âgées peuvent avoir besoin de deux passages d’aides-soignantes et deux passages d’aides à domicile (donc deux personnes différentes). Or, quand on sait à quel point il est important pour un ainé en perte d’autonomie de conserver ses repères, on comprend mieux que les deux partenaires aient réfléchi à la mise en place d’un seul intervenant en rapprochant les services d’aide et d’accompagnement (SAAD) et ceux de soins (SSIAD) à domicile pour les personnes âgées.
 
En effet, moins d’interlocuteurs, moins de passages dans l’intimité des personnes âgées, autant de temps passé auprès de celles-ci, mais un temps moins segmenté, plus riche en relation. Et un soutien efficace aux aidants ! Sans compter l’aspect économique bien évidemment.

Plus concrètement, cette expérimentation qui s’étendra sur deux ans vise deux objectifs prioritaires : tout d’abord, la mise en place un interlocuteur unique pour la personne âgée. Deuxièmement, tester l’intervention polyvalente d’un seul professionnel. Par exemple, une aide-soignante pourra à la fois réaliser une toilette et prendre en charge le petit-déjeuner de la personne, et inversement pour une auxiliaire de vie sociale.
 
« Cette initiative s’inscrit parfaitement dans le cadre de la loi d’adaptation de la société au vieillissement présentée par Laurence Rossignol, et pourra être reprise par d’autres départements en fonction de ses résultats », remarque Claude Jeannerot président du Conseil Général. Parmi les 6.500 personnes âgées accompagnées à domicile, 300 sont concernées par cette expérimentation. Affaire à suivre…