Sommaire
Article publié le 17/10/2018 à 06:21 | Lu 1221 fois

Suisse : les abus financiers d'ainés s'élèvent à 400 millions de francs par an

L’association Pro Senectute Suisse spécialisée dans la thématique personne âgée, a mené en collaboration avec l’Institut de lutte contre la criminalité économique (ILCE) de la Haute école de gestion Arc à Neuchâtel (HEG Arc), une étude sur l’ampleur des abus financiers chez les 55 ans et plus. Le nombre de victimes et le montant des pertes financières montrent qu’il faut agir.


La première étude représentative menée en Suisse à ce sujet révèle l’ampleur des abus financiers envers les personnes âgées de 55 ans et plus. Ces cinq dernières années, une personne sur quatre de ce groupe d’âge a été victime d’un abus et une personne sur cinq a subi un préjudice financier suite à un abus.
 
En extrapolant les chiffres de l’étude à l’ensemble de la population des 55 ans et plus, on obtient un préjudice estimé à plus de 400 millions de francs par année (env. 350 millions d’euros) pour la Suisse.
 
Selon cette étude, les hommes (28,2%) sont davantage victimes d’abus financiers que les femmes (23,3%). La proportion de victimes d’abus financiers est la plus élevée en Suisse romande (36,5%), suivie par la Suisse alémanique (22,8%) et la Suisse italienne (11,7%).
 
Point intéressant, les personnes entre 55 et 64 ans ainsi qu’à partir de 85 ans (c’est déjà moins étonnant) sont plus souvent victimes d’abus financiers que celles des catégories d’âges entre les deux.
61% des victimes n’en parlent à personne.
 
Du vol classique dans l’espace public ou au bancomat jusqu’à l’envoi de produits non commandés, en passant par de fausses annonces sur Internet, les abus financiers sont très variés.
 
Nombre de victimes ayant subi des pertes financières ces cinq dernières années :
1. Vol dans un lieu public : 155.066
2. Vol lors d’un retrait au bancomat : 62.457
3. Inconnu demande de l’argent sous un faux prétexte : 60.304
4. Fausse annonce sur Internet : 47.381
5. Envoi de produits non commandés :  38.767
 
Comme le déclare Werner Schärer, directeur de Pro Senectute Suisse : « l’ampleur des pertes financières nous a surpris. Les connaissances acquises nous permettront de fournir des informations encore plus ciblées sur la façon de se prémunir efficacement contre les abus financiers ».
 
Selon Pro Senectute, le fait de parler ouvertement du sujet constitue une mesure de prévention importante. En effet, plus la quantité de personnes informées est grande, plus les abus financiers peuvent être évités. Il est aussi plus facile pour les victimes de s’en remettre si elles se confient ou peuvent ouvertement en parler à quelqu’un.

Source






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 02:05 Les seniors préfèrent toujours le cash