Sommaire
Article publié le 26/11/2018 à 01:00 | Lu 1076 fois

Seniors et emploi : qui travaille après 65 ans

Selon les derniers chiffres de l’Insee, les personnes de 65 ans ou plus en emploi sont une population en forte croissance depuis 2006. En effet, suite à une baisse continue depuis le début des années 80, le taux d’emploi des 65 ans et plus a fortement augmenté à partir du milieu des années 2000.


Ainsi, en 2017, il atteint 3% contre 1,1% en 2006, soit près de trois fois plus qu’il y a dix ans (même si ces pourcentages restent, il est vrai, très très faibles). Toutefois, à ce niveau, il s’agit d’une « forte progression » qui s’observe principalement pour la tranche des 65-69 ans (6,6% en 2017) qui retrouvent un taux comparable à celui du début des années 1980.
 
Toujours selon les derniers chiffres de l’Insee qui viennent d’être publiés dans son étude intitulée « France, portrait social », en 2016, le taux d’emploi diminue continûment avec l’âge après 60 ans : il passe de 44% à 60 ans à 10,3% à 65 et 1,6 % à 74 ans.
 
L’organisme constate aussi que la baisse des taux d’emploi avec l’âge fait apparaître deux seuils (encore en 2016) : tout d’abord, un premier seuil autour de 62 ans qui correspond à l’âge d’ouverture des droits à la retraite (ce qui parait logique) et ensuite, autour de 65 ans, un âge qui correspond à celui à partir duquel la pension, lorsqu’elle est demandée, est versée à taux plein (c’est donc encore logique).
 
Cependant et comme le montrent les chiffres, « emploi et retraite » ne sont pas inconciliables (surtout depuis quelques années avec les changements de mœurs et les retraites qui diminuent) : plus des deux-tiers (70%) des 65-74 ans en emploi cumulent les deux. Comparés aux inactifs du même âge, les actifs occupés de 65 à 74 ans sont plus souvent des hommes, diplômés et en meilleure santé. Cela va souvent ensemble… Ils vivent aussi en général, dans l’agglomération parisienne. Rien d’étonnant.
 
Point intéressant : les emplois des 65-74 ans sont différents de ceux qu’occupaient les inactifs du même âge juste avant leur sortie du marché du travail précise l’Insee. De fait, près du tiers (29%) des actifs occupés sont cadres ou professions intellectuelles supérieures contre 16% des inactifs. Assez logiquement, les professions libérales sont surreprésentées avec 11% des 65-74 ans qui exercent une profession libérale contre 1% chez les inactifs. Les 65-74 ans en emploi sont enfin plus souvent non-salariés que les inactifs (41% contre 12%).
 
L’institut dégage dans cette grande enquête, quatre profils-types d’actifs de seniors occupés de 65 à 74 ans. Là encore, ceci est largement déterminé par le statut dans l’emploi et le niveau de diplôme. Ainsi, après 65 ans, la part des emplois à temps partiel progresse, de même que la part du non-salariat. Dans les faits, 41% des 65-74 ans en emploi sont non-salariés contre un petit quart (24%) des 60-64 ans, avec trois fois plus d’auto-entrepreneurs. Les seniors entreprennent…
 
Par ailleurs, plus de la moitié des 65-74 ans en emploi travaillent à temps partiel, contre un peu moins d’un tiers des 60-64 ans. Cette réduction du temps de travail va de pair avec des revenus plus faibles.
 
Les quatre profils d’actifs seniors occupés de 65 à 74 ans :
- les employées peu diplômées à temps partiel, plus souvent seules et immigrées (41 %) ;
- les très diplômés et très qualifiés urbains, majoritairement masculins (34 %) ;
- les commerçants, assez peu diplômés (18 %) ;
- les agriculteurs âgés, en commune rurale, et plutôt à temps complet. (7 %).
 
L’Insee remarque également, suite à cette enquête, que le « non-salariat et la poursuite de l’activité du conjoint sont les principaux facteurs non pécuniaires associés à la poursuite d’activité après 65 ans. Ce sont les seniors sans limitation dans les activités habituelles, retraités et non-salariés, qui continuent le plus sur leur lancée et restent dans l’emploi après 65 ans. Pour les personnes en couple, le retrait du marché du travail du conjoint sur la période a un effet fortement négatif sur le fait de rester en emploi. Cela traduit qu’au sein du couple, la décision du départ à la retraite est souvent prise simultanément ».






Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 16 Novembre 2018 - 03:48 Emploi senior : du mieux mais peut mieux faire