Semaine de la Dénutrition 2022 : un laboratoire engagé dans la Nutrition Clinique fait campagne

Fresenius Kabi France, laboratoire pharmaceutique expert de la nutrition clinique, va lancer prochainement une campagne de prévention de la dénutrition (notamment celle des personnes âgées), à l’occasion de la Semaine de la Dénutrition qui se tiendra du 18 au 25 novembre 2022. Détails.





On le sait, la dénutrition s'installe souvent de façon insidieuse chez les personnes âgées ou en perte d'autonomie et entraîne une diminution des apports nutritionnels, spirale dangereuse qui touche en France plus de 2 millions de personnes, dont 800.000 personnes âgées.
 
Pour rappel, on parle de « dénutrition » lorsqu’il y a un déséquilibre nutritionnel : c’est-à-dire, lorsque le corps reçoit par l’alimentation insuffisamment d’énergie, de protéines et de nutriments pour bien fonctionner et couvrir ses besoins quotidiens.
 
Face à cette situation, le corps puise alors l’énergie nécessaire à son fonctionnement dans les muscles et le tissu adipeux. Mais forcément, progressivement, ces réserves s’épuisent, entraînant une perte de poids involontaire, puis une dénutrition…
 
Cette dénutrition est loin d’être anodine. C’est en effet une perte de chance de guérison pour ces patients : risque d’infection car baisse du système immunitaire, risque de chute, fonte de la masse
musculaire (sarcopénie), retentissement psychique et relationnel.
 

les individus souffrant de dénutrition auraient un risque de mortalité 3,71 fois plus important que celui des individus bien nourris

En ce qui concerne les personnes âgées de plus de 65 ans, les études montrent que la dénutrition est un facteur indépendant prédictif de mortalité : les individus souffrant de dénutrition auraient un risque de mortalité 3,71 fois plus important que celui des individus bien nourris.
 
D’après l’étude SCAN de Fresenius Kabi, deux-tiers des patients atteints d’un cancer métastatique sont sarcopéniques, toutes localisations tumorales confondues.
 
Dans ces conditions, il est primordial de dépister le plus précocement possible les risques de dénutrition : en ville pour les patients à domicile et également dans les établissements de soin, les EHPAD et lors du portage des repas à domicile. Mais aussi à l’hôpital, dans les services de gériatrie et d’oncologie.
 
Cette prévention permet de limiter les risques d’hospitalisations. En fonction des besoins des patients et du fonctionnement ou non de leur voie gastro-intestinale, une nutrition parentérale, entérale ou orale doit être mise en place. Cette prise en charge s’accompagne également d’une activité physique adaptée, afin de stimuler l’appétit et reprendre du muscle.
 
« Un meilleur dépistage de la dénutrition pour les patients permettrait une prise en charge intégrée qui repose sur le triptyque vertueux du traitement médicamenteux, de l’accompagnement nutritionnel et d’une activité physique régulière », déclare le Dr Alain Toledano, oncologue à l’Institut Rafaël, premier centre européen de médecine intégrative.
 

Semaine de la dénutrition 2022 : l’occasion de dépister pour agir auprès de toutes les parties prenantes.

Médecins généralistes, pharmaciens, diététiciens, infirmières, prestataires de santé à domicile, auxiliaires de vie sociale, personnels d’EHPAD, oncologues … la liste de professionnels de santé confrontés à la dénutrition est longue.
 
Entre le 18 et le 25 novembre prochain, la 3ème édition de la Semaine de la Dénutrition vise donc à sensibiliser les professionnels comme le grand public à la prévention et à la prise en charge de la dénutrition. Elle s’inscrit dans le cadre du Plan national nutrition santé 2018-2023 et du ministère de la Santé.
 
Cette année, le laboratoire Fresenius Kabi a décidé de s’engager encore davantage, directement auprès des patients en proposant à une centaine de pharmacies et certains EHPAD de bénéficier d’une animation de dégustation pour leur patientèle de leur gamme de nutrition orale indiquée dans la dénutrition avec besoins accrus.
 
Les patients intéressés se verront également remettre un livret de recettes pour agrémenter leur repas avec un apport supplémentaire de protéines et de calories avec ce produit.
 
« Cette dégustation dans ma pharmacie de quartier en octobre m’a permis de prendre conscience que bien vieillir, c’est bien manger, aussi ! Et que si nous avons des signes d’alerte, il faut savoir les écouter », selon Marie-Thérèse, 85 ans.
 
Cette opération a déjà été menée à l’occasion de la Semaine du goût en octobre 2022, dans une centaine de pharmacies françaises.

Article publié le 02/11/2022 à 08:43 | Lu 2694 fois