Sommaire
Article publié le 27/11/2018 à 13:02 | Lu 1346 fois

S'opposer à l'âgisme et défendre les droits humains

La Déclaration universelle des droits de l'Homme célébrera son 70ème anniversaire cette année. AGE Platform Europe, ses membres, dont l’AD-PA et ses partenaires actifs dans la promotion des droits humains se sont saisis de cette occasion unique pour mener une campagne de sensibilisation de grande ampleur rappelant que nous sommes « Égaux à tout âge ».


S'opposer à l'âgisme et défendre les droits humains
Le nombre de personnes âgées de plus de 80 ans dans le monde devrait être multiplié par trois entre 2017 et 2050 passant de 137 à 425 millions. Le vieillissement est un processus naturel que tous les êtres humains, sans exception, expérimentent tout au long de leur vie.
 
L’âgisme structurel, incrusté dans nos cultures, nos institutions, nos politiques publiques, influe sur les interactions entre individus et entre groupes d’âge. On appelle âgisme la façon préjudiciable dont nous pensons (stéréotype), ressentons (préjugé) et agissons (discrimination) envers une personne en raison de son âge.
 
L’âgisme concerne tous les groupes d'âge. Avec un Européen sur trois rapportant en avoir déjà été victime, l'âgisme constitue la forme de discrimination la plus répandue. Ses conséquences en sont néfastes, au même titre que tout autre processus d’exclusion. Il nous empêche de jouir pleinement de nos droits humains quand nous atteignons un âge avancé et de reconnaître les effets néfastes des discriminations à l'égard du grand âge.
 
D’après un rapport de 2017 de l’ONU sur le vieillissement : « bien que la Déclaration universelle des droits de l’homme proclame que tous les êtres humains naissent libres et égaux, il est évident que la jouissance de ces droits diminue avec l’âge, dû à la perception négative que les personnes âgées sont, d’une certaine manière, moins productives et moins utiles à la société et représentent une charge pour l’économie et les nouvelles générations. »
 
Les attitudes âgistes conduisent à la marginalisation, à l’isolement et à la maltraitance des personnes âgées, de même qu'elles ont des conséquences négatives sur la santé et le bien-être des personnes. Des travaux de recherche montrent que les personnes ayant des stéréotypes négatifs sur l'âge vivent en moyenne 7,5 ans de moins que celles ayant des attitudes plus positives à l'égard du vieillissement.






Dans la même rubrique :
< >