Sommaire
Article publié le 27/05/2022 à 01:10 | Lu 6303 fois

Quelques jolis flacons pour la fête des pères (partie 1)




La fête des pères est certes une création purement commerciale inventée par des associations de commerçants, mais ce n’est pas une raison pour se priver de faire plaisir. Voici quelques jolis produits qui feront plaisir à votre père ou à vous même si vous décidez de vous faire vos propres cadeaux.


Les belles soirées d’été seront propices à des moments de détente à passer en famille et entre amis pour déguster quelques jolis cocktails ou tout simplement, des produits français issus de différentes provinces hexagonales.
 
Mais au-delà de ces quelques spiritueux estivaux, dans cette liste de cadeaux, nous plaçons en premier le Guide Michelin 2022 dans sa version papier.
 
En effet, bien que ce monument de la culture française existe dans une version numérique, feuilleter le guide rouge reste une véritable invitation au voyage. Le plaisir d’ouvrir des pages au hasard et décider d’un voyage en fonction de la belle adresse que l’on aura découverte ou alors, déterminer des haltes sur la route des vacances.
 
Le Guide rouge de Michelin (25,95€) se lit comme un guide de voyage aux suggestions gourmandes. Un regret, à l’ère de la voiture électrique, il serait utile de faire figurer les établissements qui proposent un branchement permettant la recharge des véhicules des voyageurs gourmands.
 
Et surtout, on se demande quelle mouche a piqué la direction du Guide Michelin en supprimant les hôtels du guide et en ne conservant que les restaurants. On peut dire que c’est une hérésie !
 
Mais oublions cette digression pour revenir à nos chers flacons…
 
Nous commencerons par des rhums. Idéal pour confectionner quelques jolis cocktails, ils sont toujours les bienvenus dans les soirées estivales. 
 
Du Venezuela, nous avons choisi un Ron Diplomatico Mantuano. Un blend de rhums vieillis dans des anciens fûts de bourbon et de malt. Souple et rond, ce rhum élaboré à partir de mélasse et de miel de canne à sucre est particulièrement aromatique.
 
L’avantage de ces matières premières est qu’elles peuvent être conservées pendant plusieurs mois à l’inverse du jus de canne qui doit être utilisé immédiatement. Il dégage une bouche de banane et de fruits mûrs.
 
Un rhum qui conviendra parfaitement à la confection de cocktails et notamment, les long-drinks de l’été comme le Diplo Mule ou le Spring Julep façon Diplomatico. Le Diplomatico Mantuano est vendu par le Dugas Club Expert au prix de 35 €.
 
Avec le Mama Quilla, c’est un Ron de Guatemala dont l’élevage final est effectué en France dans des anciens foudres de Cognac. Si son faible titrage en alcool (40°) le destine plutôt à la confection de cocktails, il est néanmoins très agréable à boire sec.
 
Sa bouche est fruitée sans être lourde et n’offre pas cette sensation de trop sucrée de certains rhums. Des notes d’épices, de cacao et de tabac offrent une longueur séduisante. Compter 29,90 € en grandes et moyennes surfaces. Un excellent rapport qualité/prix.
 
La vodka descend de son piédestal, le whisky japonais atteint des sommets tarifaires pas toujours justifiés, le gin multiplie la complexité de ses recettes pharmaceutiques et les whiskys français font le bonheur des ex bouilleurs de cru.
 
Pendant ce temps, des alcools de tradition qui respirent bon les terroirs français sont élevés dans une trop grande discrétion. L’Armagnac fait partie de ces eaux de vie françaises injustement délaissées et que beaucoup considèrent à tort comme un alcool désuet.
 
Elaboré dans le respect des traditions avec des savoir-faire transmis de génération en génération, l’Armagnac mérite de revenir sur le devant de la scène.
 
Parmi les producteurs d’Armagnac, nous avons sélectionné la Maison Tariquet. Une maison qui élabore des bas-armagnacs depuis le 17ème siècle et qui depuis 1912 est aux mains de la famille Grassa.
 
Issus exclusivement des vignes de la propriété, les vins sont distillés au domaine dans un alambic chauffé au feu de bois. Vieillies plusieurs années en fûts de chêne, ces eaux de vie sont la base de Bas-Armagnacs d’une grande élégance et dont la robe entièrement naturelle ne doit rien à l’ajout de caramel.
 
Cet hors-d’âge est un assemblage d’eaux de vie âgée d’une quinzaine d’année. En bouche, on ressent immédiatement les fruits confits légèrement boisés et toastés. Souple en bouche, délicat et avec une belle longueur, cet Hors-d’Age du Domaine Tariquet est une belle gourmandise à déguster avec un havane léger ou un carré de chocolat noir. Compter 80 € chez les cavistes.
 
Armagnac toujours, mais avec un produit conçu et élevé pour s’intégrer dans la confection de cocktails. Avec le Dartigalongue Double-oaked, les barmen et les amateurs possèdent une base idéale pour créer ou réinterpréter les grands classiques.
 
Comme souvent en Armagnac, la production est une affaire de famille. Chez Dartigalongue, la production de bas-armagnacs est une tradition depuis 1838 et si Nogaro est plus connu aujourd’hui  par son circuit automobile, la famille se tourne vers l’avenir en élaborant des alcools destinés à être consommés plus jeunes et dans l’élaboration de cocktails.




Dans la même rubrique
< >

Mercredi 6 Juillet 2022 - 01:00 Le Zippo passe au gaz

Mardi 5 Juillet 2022 - 02:00 La France des spiritueux


AD



ARTICLES LES +