Sommaire
Article publié le 03/12/2019 à 02:00 | Lu 1336 fois

Prendre sa retraite à l'étranger : pourquoi et où ils partent ?

Paul Delahoutre, le fondateur du site Internet Retraitesansfrontieres.fr, qui se propose d’informer et de conseiller les retraités qui rêvent de partir vivre à l’étranger, vous propose de mieux comprendre les raisons qui poussent de plus en plus de Français à partir à l’étranger pour prendre leur retraite.


Pourquoi de plus en plus de seniors français décident de prendre leur retraite à l’étranger ?
Naturellement, le climat et le coût de la vie sont les deux principaux critères qui motivent les retraités à partir vivre à l’étranger. La recherche du soleil est plutôt le fait de retraités aisés, ceux que l’on appelle les « hirondelles », ceux qui s’offrent une résidence secondaire en Espagne, en Italie ou à Marrakech pour y séjourner durant l’hiver.
 
Par contre la recherche d’un coût de la vie plus faible est un phénomène sociologique nouveau qui concerne tout le monde et qui trouve son origine dans nos crises financières et économiques. Et manifestement, c’est loin d’être terminé !
 
Ces motivations sont amplifiées par plusieurs facteurs qui favorisent ces départs : la révolution des nouvelles technologies de communication (avec Internet, on peut téléphoner gratuitement) ; le développement des compagnies aériennes low-cost (vers les destinations européennes ou nord-africaines principalement) et la politique volontariste déployée par les pays du sud pour inciter les retraités à venir s’installer chez eux (réductions d’impôts au Portugal).
 
Quelle est l’ampleur de cette tendance ?
On estime à 600.000 le nombre de retraités français vivants à l’étranger. C’est beaucoup. Et les indicateurs disponibles vont tous dans le même sens, à savoir, celui d’une accélération des départs : ainsi, le nombre de retraités qui adhèrent à la "Caisse des Français de l’Etranger" progresse tous les ans ; le nombre de Français expatriés inscrits sur le Registre des consulats est en constante augmentation ; et enfin, le montant des pensions versées à l’étranger par les Caisses de retraite augmente tous les ans (Cleiss)…
 
Tout laisse à penser que cette tendance devrait encore s’accélérer dans les prochaines années : de fait, un récent sondage Ipsos révèle que 22% des seniors français de 50 à 59 ans seraient prêt à envisager partir vivre leur retraite à l’étranger. Par ailleurs, des spécialistes estiment que la crise et le vieillissement des populations européennes ouvre la voie à de nouvelles logiques migratoires. Enfin, l’espérance de qui s’allonge et l’arrivée des baby-boomers à l’âge de la retraite font que la population des plus de 60 ans va augmenter de 40% entre 2010 et 2030.
 
Quelles sont les conséquences pour l’économie française ?
« Cette fuite des retraités est symptomatique du désarroi du gouvernement face à la problématique de la vieillesse. Coincée entre sa dette publique et sa population vieillissante, l'état n'est plus en mesure d'assurer une retraite décente à cette tranche de la population et n’a plus d’autres choix que de les laisser partir… Mais c’est aussi un phénomène qui s’inscrit dans la dynamique positive de la mondialisation des échanges de biens, de services et de personnes » estime Paul Delahoutre dans son communiqué.

Qui sont ces retraités qui partent ?
Toutes les catégories socio-économiques sont concernées : des retraités modestes ayant du mal à boucler leurs fins de mois (ils sont de plus en plus nombreux) et souhaitant accroître leur pouvoir d’achat aux retraités plus aisées qui souhaitent, outre un climat plus clément, un niveau d’imposition moindre.
 
Attention cependant : pour ceux qui passent à l’acte, il faut garder en mémoire que ce changement de vie (souvent radical au niveau personnel) entraine aussi des conséquences juridiques, fiscales, sociales et patrimoniales.
 
D’une manière générale, vers les pays du sud, qui offrent du soleil toute l’année et un coût de la vie moins élevé, qui permettent de vivre mieux en dépensant moins :
. Les pays de l’Europe du sud, Espagne et Portugal en tête mais aussi Italie, Grèce, Croatie, etc.
Avantages : proximité géographique et culturelle, appartenance à l’U.E
Inconvénient : coût de la vie supérieur à celui des destinations de retraite plus éloignées. Ces pays restent toutefois, la solution la plus facile à mettre en œuvre.
 
. Le Maghreb (Maroc et Tunisie)
Avantages : climat hivernal doux, fiscalité réduite, coût de la vie modéré, langue française et proximité géographique.
Inconvénients : tourmente djihadiste, différences culturelles, infrastructures sous développées (santé, transports) et chaleur estivale. Bref, à déconseiller par les temps qui courent…
 
. Les pays exotiques (Ile Maurice, Sénégal, Thaïlande, Bali)
Avantages : coût de la vie faible (jusqu’à deux fois moins élevé qu’en France), plages paradisiaques
Inconvénients : éloignement géographique et infrastructures sous développées dans certains pays. Sans compter qu’il faut être habitué aux climats tropicaux qui ne conviennent pas forcément à tous...
 
Trois conseils fondamentaux pour les retraités qui envisagent s’expatrier ?
. Si vous partez en couple, le projet doit absolument être porté par les deux (sinon risque de retour anticipé, divorce…). Il ne faut que l’un des deux ne soient pas convaincus… Sinon c’est l’échec assuré.
. Il convient également de tester le pays durant un trimestre ou mieux encore, durant un an : louez un logement, vivez une vie quotidienne normale et voyez si les bénéfices de votre nouvelle vie surpassent les manques de votre vie précédente.
. Enfin, il s’agit de gérer le "choc des cultures" (notamment au Maghreb) en vous ouvrant vers l’extérieur, en profitant de tous les atouts de votre nouvelle vie pour accepter sans juger, la culture, les valeurs, les gens et leurs coutumes… A bon entendeur.






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 12 Novembre 2019 - 01:00 Retraites : 5 questions à Jean-Paul Delevoye