Sommaire
Article publié le 17/09/2018 à 10:48 | Lu 2685 fois

Parkinson : la France en rupture de médicaments !

Encore une fois et de façon répétitive depuis quelques années, les malades atteints de la maladie de Parkinson doivent faire face à des ruptures de stock de médicaments prescris par leurs neurologues* : trop, c’est trop ! Une situation préoccupante dénoncée par les associations de patients.


Parkinson : la France en rupture de médicaments !
Cette fois, la rupture concerne un médicament considéré comme une spécialité de fond dans la prise en charge des malades de Parkinson et le réapprovisionnement n’est prévu que pour… mars 2019, soit dans près de 7 mois !
 
Outre la gravité médicale de cette situation, l’absence de ces traitements génère énormément de stress chez les patients et leurs proches. Une angoisse justifiée puisqu’en l’absence de traitement régulier dans la journée, le corps du malade de Parkinson se rigidifie avec des mouvements de plus en plus lents.
 
Quelles sont les réponses apportées par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) ? Un plan pour accompagner la pénurie.
 
Que répondent les laboratoires face à ces vagues de rupture ? Ils déclarent faire de leur mieux pour minimiser ces ruptures, évoquant parfois des problèmes de conditionnement, d’approvisionnement de la molécule, des arrêts de chaîne de fabrication…Des problèmes récurrents dont la fréquence ne fait que croître au fil des ans, plus 30% d’augmentation entre 2016 et 2017 toute pathologie confondue !
 
Enfin, que répond la ministre de la Santé et son cabinet ? Les actions de l’ANSM seront suivies de près, mais encore ? Des sanctions financières seront-elles appliquées aux laboratoires dont les plans de gestion des pénuries ne permettent pas d’apporter aux malades les soins thérapeutiques dont ils ont besoin ?
 
Une Mission d’information sur la pénurie des médicaments a été ouverte au Sénat, présidée par monsieur Y. Daudigny. Nous souhaitons vivement que cette investigation qui vise à interroger l’ensemble des acteurs apporte une voie permettant enfin de sortir de cette prise d’otage insupportable pour les malades. Le rapport doit être livré fin septembre.
 
Les malades de Parkinson représentés par les associations de patients tirent la sonnette d’alarme sur cette situation inacceptable ; malgré un arrêté, le pouvoir du politique est de fait mis en cause, la crédibilité de nos instances est fortement interrogée.
 
Les associations de patients demandent la considération de la protection des médicaments qui traitent la maladie de Parkinson ainsi que le respect des engagements des politiques. D’une même voie ils réclament de la cohérence pour espérer des conditions de vie les plus acceptables !
 
Deuxième maladie neurodégénérative après la maladie d'Alzheimer, la maladie de Parkinson débute en moyenne entre 55 et 65 ans (10% des malades sont âgés de 45 ans). Le nombre de personnes atteintes de la maladie de Parkinson serait de l'ordre de 200 000. Ce sont autant de familles dont la vie se retrouve bouleversée. On estime à 8 millions le nombre d'aidants familiaux toutes pathologies et handicaps confondus.
 
Parkinson est fréquemment associée à un seul et unique symptôme moteur, le tremblement.  Une vision éloignée de la réalité, comme le rappelle le Professeur Damier : « c’est une idée reçue bien ancrée dans l’inconscient collectif. Pourtant, les tremblements ne sont ni les symptômes systématiques, ni les symptômes exclusifs de la maladie de Parkinson. Les présentations de la maladie de Parkinson sont extrêmement variables d’un patient à l’autre, certaines formes s’accompagnant de tremblements, d’autres de maladresse gestuelle, de raideurs dans les articulations, d’autres encore de troubles de la marche, de blocages, de troubles intestinaux… »
 
*Selon un arrêté du 27 juillet 2016 fixant la liste des classes thérapeutiques, ces médicaments ont un intérêt thérapeutique majeur, comme mentionné à l'article L. 5121-31 du code de la santé publique.
 
Pour aller plus loin, lire aussi






Dans la même rubrique :
< >

Mardi 13 Novembre 2018 - 02:53 Design et sécurité : de nouveaux alliés ?