Sommaire
Article publié le 05/03/2020 à 04:36 | Lu 4457 fois

Les protéines, un macronutriment essentiel à la préservation de la masse musculaire




Alors que Nestlé Health vient de présenter sa dernière création d’aliments enrichis en protéines (Rénutryl Energie+) qui vise à garantir un apport de 9-10g de protéines par portion, revenons plus en détail sur la préservation de la masse musculaire des seniors (sarcopénie). Un des points fondamentaux pour favoriser le bien-vieillir.


Malgré les idées reçues, les besoins en protéines augmentent avec l’âge. Cependant, consommer moins de viande et négliger l’importance des protéines sont des habitudes qui s’installent en vieillissant. Stop à ces mauvais réflexes !
 
Les protéines sont essentielles pour le maintien de la masse musculaire qui diminue naturellement à partir de 40 ans et dont le processus s’accélère à partir de 50. Cette diminution de la masse musculaire est multifactorielle et touche tout le monde.
 
Elle se traduit par une fatigue, des difficultés à se déplacer comme marcher, conséquence de la perte de la masse musculaire (cette fameuse sarcopénie) de la force et de la fonction du muscle.
 
Sur le long terme, les conséquences sur la santé physique peuvent être graves et à ne pas négliger : déficit immunitaire, risque de chutes, troubles psychiques, dénutrition sévère.

Pour aider au maintien de la masse musculaire, les autorités de santé tels que l’ANSES recommande un apport augmenté en protéines chez les personnes âgées de 1g de protéines/kg/jour vs. 0,8g de protéine/kg/jour chez l’adulte.
 
Une conversion simple qui se traduit chez un adulte de 75 ans (70kg) à 70g de protéines à consommer chaque jour, soit des besoins en protéines augmentés de 20% par rapport à un adulte du même poids.
70g de protéines ?
 
Voici un menu à titre d’exemple qui permettrait d’atteindre cette quantité journalière recommandée :
- 1 œuf au petit-déjeuner,
- 1 steak haché (125g) et 1 yaourt au déjeuner,
- 1 saumon (100g) et 1 yaourt au dîner.
 
Une quantité considérée comme impossible à atteindre au quotidien pour la majorité des personnes âgées qui sont en perte d’appétit et qui mangent moins.
 
En conclusion : des besoins en protéines qui augmentent vs. une prise alimentaire plus faible chez les personnes âgées = un risque majeur d’être carencé en protéines et de basculer vers la dénutrition qui a des impacts notables sur la santé et sur la qualité de vie !
 
Si l’apport journalier en protéines est augmenté il est nécessaire que l’alimentation aille de pair avec gourmandise et praticité car celle-ci doit rester une source de plaisir à tous les âges et encore plus chez les personnes âgées qui sont très attachées aux plats authentiques et qui privilégient le plaisir de la table.