Sommaire
Article publié le 23/04/2018 à 01:00 | Lu 1069 fois

L'Anses recommande de faire attention avec la mélatonine

La mélatonine est bien connue des voyageurs et de ceux qui rencontrent des problèmes pour s’endormir… Souvent jugée sans danger, l’Anses met toutefois en garde -entre autres- les personnes souffrant de maladies inflammatoires et celles suivant un traitement médicamenteux qui doivent consulter leur médecin avant de prendre ce produit. Explications.


L'Anses recommande de faire attention avec la mélatonine
En France, la mélatonine est utilisée dans des médicaments ou des compléments alimentaires. En quelques années, cette hormone qui, sécrétée naturellement pendant la nuit, favorise l’endormissement, est devenue très populaires chez les grands voyageurs et ceux qui rencontrent des troubles du sommeil, c’est notamment le cas des femmes ménopausées.
 
Rappelons qu’en plus de ses effets sur l’horloge biologique, la mélatonine permet aussi de moduler l’humeur et le système immunitaire, de réguler la température corporelle et la motricité intestinale. Elle possède également une action vasodilatatrice, vasoconstrictrice et pro-inflammatoire.
 
Dans ces conditions, ces effets physiologiques peuvent, dans certaines conditions ou lors d’interaction avec d’autres substances, conduire à l’apparition d’effets indésirables. Ainsi, l’Anses rapporte 90 cas d’effets indésirables survenus à la suite de la prise de compléments alimentaires contenant de la mélatonine.
 
Parmi eux : des symptômes généraux (céphalées, vertiges, somnolence, cauchemars, irritabilité), des troubles neurologiques (tremblements, migraines) et gastroentérologiques (nausées, vomissements, douleurs abdominales). Chaque cas a fait l’objet d’une analyse individuelle, dont les conclusions ont été partagées avec les déclarants et les fabricants. 
 
Partant de là, l’agence recommande à certaines personnes souffrant de maladies inflammatoires de ne pas consommer de mélatonine sous forme de compléments alimentaires. Pour les personnes épileptiques, asthmatiques, souffrant de troubles de l’humeur, du comportement ou de la personnalité ou suivant un traitement médicamenteux, la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatonine doit être soumise à un avis médical.
 
En l’absence de données suffisantes sur les effets à long terme de la consommation de mélatonine, l’Agence recommande de limiter la prise de ces compléments alimentaires à un usage ponctuel.
 
Rappelons qu’en France, la réglementation autorise la commercialisation de compléments alimentaires apportant moins de 2 mg de mélatonine par jour.                                                                                                                       





Dans la même rubrique :
< >