L'A-MCA porte un "sondage citoyen" sur les pratiques complémentaires

Depuis début octobre, l’Agence des médecines complémentaires adaptées (A-MCA) encourage les citoyens à répondre à un sondage afin de partager leurs attentes concernant les pratiques complémentaires. L’analyse des réponses permettront de construire le plaidoyer de l’agence à destination du ministère de la Santé.


L’A-MCA participe depuis le début de l’année 2023 au Comité d’appui pour l’encadrement des Pratiques de soins non conventionnelles (PSNC), instauré par le ministère de la Santé.
 
Dans ce cadre, une feuille de route a été élaborée avec notamment comme objectif le partage d’une réflexion commune, entre les membres autour de la terminologie, de la définition et de la classification des pratiques complémentaires.
 
Ils doivent également émettre des propositions concernant la formation, l’évaluation et le parcours patient. 
 
Un sondage citoyen

Pour élaborer une réflexion ainsi que des propositions au plus proche des attentes de la population, l’A-MCA a décidé de diffuser un ″sondage citoyen″ destiné à tous les publics : usagers ou non, praticiens, experts ou encore représentants d’organisations.
 
Composé de 34 questions, le sondage interroge les répondants sur l’importance accordée aux pratiques de prévention ; les raisons du recours à des pratiques complémentaires ; la fréquence ; la satisfaction ; le coût ; ou encore les attentes pour améliorer l’information et l’accès aux pratiques complémentaires.
 
« L’A-MCA procédera début 2024 à une analyse et à une interprétation des réponses afin d’appuyer ses recommandations dans le cadre des travaux ministériels », indique Véronique Suissa, directrice générale de l’A-MCA.
 
Trois groupes de travail

Pour apporter une analyse et une vision collective sur le sujet, l’A-MCA a constitué, en parallèle de ce sondage, trois groupes d’experts.
 
  • L’approche citoyenne est portée par la commission citoyenne de l’A-MCA, dont les membres doivent réfléchir à des propositions afin de mieux délimiter les usages, les attentes et besoins de la population dans le domaine des pratiques complémentaires et de prévention.
« Leurs travaux viendront nourrir le rapport A-MCA de recommandations et de remarques citoyennes », indique Véronique Suissa.
 
  • L’approche « praticiens » repose sur la collégiale de l’A-MCA c’est-à-dire sur des praticiens intervenant en entreprises, en milieu de soins ainsi qu’en Ehpad. L’enjeu : faire remonter les difficultés de terrain ainsi que les risques et dérives observés dans les différentes disciplines. L’A-MCA entend, par leur intermédiaire, disposer de recommandations professionnelles.
  • L’approche experte repose sur les 180 experts de l’A-MCA, issus de milieux professionnels divers : universitaires, médecins, chercheurs, psychologues, soignants, élus, hauts dirigeants.
Ce groupe de travail va s’appuyer sur les apports des deux autres pour formuler les recommandations qui seront centrées, cette année, sur les questionnements et réflexions portées par le ministère.
 
Le rapport annuel de l’A-MCA sera diffusé et accessible à tous sur son site Internet, puis communiqué au ministère de la Santé. « Il constituera un référentiel précieux sur lequel l’A-MCA s’appuiera dans le cadre des réunions et des travaux ministériels », conclut Véronique Suissa.
 
Pour répondre au sondage
 

Publié le 20/11/2023 à 01:00 | Lu 8038 fois