Sommaire
Article publié le 08/11/2016 à 07:02 | Lu 1290 fois

Kenya, des femmes seniors apprennent le karaté pour lutter contre les viols

Afin de lutter contre les viols, des Kenyanes seniors apprennent à se défendre grâce aux arts martiaux. En effet, dans ce pays d’Afrique de l’est, les femmes âgées sont la cible de violeurs qui estiment que ces proies sans défense sont également moins touchées par le sida.


En Europe, les viols de personnes âgées existent mais restent relativement faibles, il faut bien le dire. En revanche, ce n’est pas le cas en Afrique où d’une manière générale, les viols sont plus fréquents et nettement moins sanctionnés.
 
Depuis 2010, c'est le viol des femmes âgées qui se développent au Kenya, grand pays d’Afrique de l’est. Non pas parce que les violeurs les trouvent plus attirantes, non ! Ils choisissent ces proies, d’une part parce qu’elles sont sans défense, et d’autres part, car ces femmes sont moins touchées par l’épidémie de sida ! 
 
Dans ce contexte, et afin de pouvoir se défendre, ces femmes ont décidé de prendre « le taureau par les cornes ». En effet, elles ont décidé de prendre des cours d’autodéfense et plus précisément de karaté. Ainsi, une vingtaine de femmes -dont la plus âgée aurait 85 ans- s’entrainent désormais quotidiennement dans la banlieue de Nairobi.
 
En Europe, notamment en France ou en Belgique, ce sont les seniors des deux sexes qui apprennent le karaté, ce, afin de faire face aux agressions en tout genre dont sont victimes les personnes âgées au quotidien ; dans la rue, à la sortie de leur banque, dans les transports en commun… Confrontés à la dure réalité, les seniors se rebiffent.
 
Par exemple, à Charleroi en Belgique, un karatéka âgé de 71 ans donne des cours d’auto-défense aux ainés afin de leur apprendre à parer une attaque ou à se débarrasser d’un agresseur. Deux fois par mois, les plus de soixante ans se retrouvent donc afin d’apprendre à se défendre.







Dans la même rubrique :
< >