Sommaire
Article publié le 15/12/2020 à 02:00 | Lu 3190 fois

Emploi senior et digital : trois questions à Hymane Ben Aoun, PDG d'Aravati




A l’occasion de l’Opération Coup de pouce de Syntec Conseil-Recrutement, les cabinets de recrutement qui participent à cette opération partagent leur expertise sur un sujet en lien avec le recrutement des cadres seniors dans les entreprises françaises. Une façon de casser les idées reçues et montrer que les seniors sont, plus que jamais, un atout pour nos entreprises. Trois questions à Hymane Ben Aoun, PDG du cabinet de recrutement Aravati, spécialisé sur le digital.


Quels sont les métiers du secteur du digital qui recrutent des seniors ?
Sans aucun doute, les métiers dans le secteur du digital qui recrutent le plus de seniors sont les fonctions de management, la direction des opérations, les directions marketing ou encore la direction commerciale.
 
Que mettre en avant dans son CV, dans sa carrière pour un senior, pour faire la différence sur le marché du digital ?
Le plus important pour quelqu’un qui ne vient pas du secteur digital, c’est de mettre en avant ses compétences managériales.
 
En effet, dans ce secteur où les entreprises se sont souvent développées rapidement, de façon très agile, on manque souvent de « process managériaux ». L’encadrement des managers est inexistant et le développement des talents est un savoir-faire peu maîtrisé par des profils de managers « juniors ».
 
Donc les seniors ayant vraiment une forte compétence sur le plan managérial doivent l’accentuer sur le CV pour la faire ressortir.
 
Ils peuvent également mettre en avant leur capacité à structurer des process, à « scaler » des sujets. De fait, ce dont ont souvent besoin les acteurs du digital, c’est « d’accélérer », soit pour pouvoir gagner des parts de marché, soit pour créer de nouveaux débouchés.
 
Ainsi, un senior aura tout intérêt à faire apparaître dans son CV, à faire ressortir dans un entretien une expérience où il a accompagné la croissance d’une entreprise qui est passée d’une petite à une grande échelle, ce que j’appelle « scaler ».
 
Il faut aussi faire ressortir sa capacité à travailler de façon agile, c’est-à-dire, ne pas avoir peur de faire « marche arrière » si c’est nécessaire ou de travailler en mode « itération ».
 
On teste, ça fonctionne et on déploie ou on teste, ça ne fonctionne pas et on fait machine arrière. Il faut être capable de montrer qu’on n’est pas coincé dans un modèle traditionnel d’études de marché, d’analyse de potentiels, de diagnostic pour se faire une opinion, pour lancer un projet et que l’on n’a pas peur de travailler autrement.
 
Une reconversion dans un métier du digital, est-ce une bonne idée après 50 ans ?
Une reconversion dans le digital doit être une reconversion souhaitée, réellement voulue, avec une analyse pertinente des enjeux et des risques, sinon le senior va se retrouver en zone d’effort en permanence et va s’épuiser à un poste qui ne lui convient pas réellement.
 
On ne va pas vers le secteur du digital parce qu’il y a de l’emploi ; on y va parce qu’on a envie d’y travailler, car ce secteur est vraiment très différent des autres. Donc, on ne s’y dirige que si on a envie de travailler différemment.
 
Par exemple, dans le secteur du digital, il y a très peu de fonctions supports au service des managers, donc si un manager se dirige vers ce secteur, il doit s’attendre à ne plus avoir d’assistant(e) ni d’adjoint(e) et doit être capable de faire preuve de cette autonomie, il doit s’attendre à être plus « hands on ». Il faut donc vraiment avoir envie de cette forme d’agilité.
 
De plus, même si le niveau des rémunérations dans le digital est comparable à celui des autres secteurs, après 50 ans (comme dans tous les secteurs d’ailleurs), il ne faut pas s’y diriger dans l’idée d’y faire un gap de salaire ou d’y trouver des avantages (CE, intéressements, ...).
 
Si vous n’y allez pas pour l’agilité que ce secteur permet, ou pour la proximité avec les dirigeants, ou encore pour la possibilité de défendre des convictions et de mettre en œuvre des projets, ou pour faire un grand écart entre stratégie et opérationnel, alors il ne faut pas y aller ! Ce secteur n’est pas fait pour vous.
 
Mais si ce secteur vous intéresse, que vous avez de très bonnes bases managériales, de vraies compétences sectorielles et/ou métier, une forte envie de travailler dans un secteur plus agile et plus souple, si vous avez envie de voir se concrétiser plus rapidement le résultat de votre travail, alors n’hésitez pas.
 
Et, s’il le faut, formez-vous pour vous mettre à niveau, par exemple en méthodologie de gestion de projets agiles ou en faisant un MBA, un master en e-commerce si vous venez du monde de la distribution…