Sommaire
Article publié le 06/02/2017 à 04:26 | Lu 34023 fois

Dix pays pour une retraite à l'étranger en 2017

Le site Internet Retraite-etranger.fr, spécialisé dans les conseils aux retraités qui souhaitent s’expatrier, nous offre son classement annuel des meilleurs coins pour vivre sa retraite à l’étranger. Du Maroc au Sénégal en passant par Bali ou le Brésil, Paul Delahoutre dévoile le « Top 10 » de l’année. Avec le Portugal toujours en premier !


Avant de vous dévoiler ce classement, rappelons tout de même qu’une expatriation est un véritable changement de vie. Radical à tous les niveaux. Dans ce contexte, il apparait évident qu’une expatriation réussie est essentiellement liée à la qualité de sa préparation. Les seniors qui s’expatrient restent majoritairement des retraités en bonne condition physique qui souhaitent jouir d’une certaine douceur de vivre à l’étranger (climat et pouvoir d’achat).
 
1er : Le Portugal s’adresse à ceux qui veulent améliorer leur pouvoir d’achat, sans pour autant perdre le bénéfice d’une qualité de vie « à l’européenne », dans un environnement sécurisant. Cerise sur le gâteau, depuis 2013, les retraités du secteur privé qui résident fiscalement au Portugal sont exonérés d’impôt sur leur pension retraite pendant dix ans. Bref, pas étonnant que ce beau pays arrive une nouvelle fois en tête de ce classement.
 
Notre avis : incontestablement, le Portugal mérite grandement cette première place et devrait la conserver pour les années à venir.
 
2ème : Etonnant, la Thaïlande arrive cette année en 2ème position vs 4ème l’année dernière. Selon ce site web, « la Thaïlande est l’endroit privilégié par les retraités qui ne craignent pas de s’éloigner de leurs proches, car elle combine plages de rêve aux eaux cristallines, traditions vivaces, douceur de vivre et faible coût de la vie. Location comprise, un couple de retraités peut y vivre pour moins de 1000 euros par mois ».
 
Notre avis : attention cependant, la Thaïlande est vraiment loin de l’Europe. Certes les vols de et vers Paris sont quotidiens, mais l’éloignement -et l’isolement qui peut en découler- doit être pris en compte. Impérativement. Sans compter que la disparition du roi l’année dernière laisse planer sur le pays de nombreuses incertitudes quant à sa stabilité politique. Avec notamment des risques de coups d’état, dont ce pays est « champion ».
 
3ème : Le Maroc possède de très nombreux arguments estime ce site web : relative proximité géographique, coût de la vie, langue française largement pratiquée, légendaire hospitalité des Marocains, fiscalité très avantageuse, climat méditerranéen tout au long de l'année, richesse du patrimoine culturel et architectural mais le pays, assimilé injustement et indistinctement au reste du Maghreb, doit supporter le problème de déficit d’image et d’amalgame géopolitique dont il est victime.
 
Notre avis : oui le pays est effectivement assimilé au reste du Maghreb, et pour cause, il en fait partie ! Compte-tenu des circonstances actuelles et de l’islamisme grandissant dans l’ensemble de la région, on ne peut pas -décemment- conseiller aux retraités de partir s’installer là-bas.
 
4ème : l’Espagne remonte d’une place (vs 5ème l’année dernière). Ce pays voisin, c’est avant tout l’avantage de la proximité pour ceux qui ne veulent pas trop s’éloigner de leur famille. Un pays qui ne présente pas un réel intérêt sur le plan du coût de la vie mais qui offre des opportunités d’achat immobilier à prix bradé. Enfin, ce sont les avantages d’un pays culturellement proche de la France, doté d’infrastructures modernes et d’un système de santé comparable au notre.
 
Notre avis : l’intérêt de l’Espagne et que l’on peut s’y rendre en voiture (deux jours de voyage maximum). De fait, on n’est pas obligé de prendre l’avion ou le train pour s’y rendre ou en repartir. Ce qui facilite grandement le retour au pays en cas de besoin ou d’envie. Certes, le cout de la vie est cher dans les grandes villes, mais tout de même moins cher qu’en France. Et il baisse considérablement dès lors que l’on délaisse Madrid, Barcelone ou Séville. Attention, les étés sont particulièrement chauds dans le sud (Andalousie). Globalement, l’Espagne mérite mieux que cette 4ème place.
 
5ème : Pour Paul Delahoutre, « l’Ile Maurice est un petit paradis tropical qui offre de nombreux avantages : la stabilité du pays est rassurante, les habitants sont francophones, le climat est agréable et ses plages sont parmi les plus belles du monde. Par contre ce n’est pas le pays le moins cher et il faut accepter de s’éloigner de la France ».
 
Notre avis : le pays est loin et les vols coutent souvent très chers, vu que c’est une destination de vacances haut de gamme. Le point positif est qu’il y a peu de décalage horaire. Mais la vie localement est très chère et tous les habitants ne parlent pas français loin de là. Certes, cette île offre un côté paradisiaque, mais à quel prix.
 
6ème : Bali arrive en sixième position cette année, une progression de quatre places par rapport à 2016.
Bali est une destination de rêve certes, mais très éloignée de la France et où il fait très chaud et très humide toute l’année. Pas de vol direct depuis Paris sans compter des tarifs particulièrement élevés en haute saison. A noter également que Bali est souvent très embouteillée, il faut parfois deux heures pour faire une dizaine de kilomètres. Et puis, compte tenu de son succès, Bali reste un endroit relativement cher en Asie du sud-est. Donc prévoir un budget local conséquent.  
 
7ème : Etonnante arrivée du Sénégal dans ce classement. Le fait est que la vie sur place n’est pas des plus simples au quotidien, même si le pays regorge d’endroits parfaitement adaptés au tourisme et à l’expatriation, avec une grosse communauté de Français installés là-bas depuis des années. Le pays est relativement éloigné de la France, mais il existe de nombreux vols hebdomadaires, et il reste possible d’obtenir des bons prix si l’on s’y prend à l’avance. Attention, cependant, les infrastructures médicales laissent à désirer en cas de gros problèmes. A noter que certains observateurs s’inquiètent également de la montée de l’islamisme radical. Bref, à réserver aux seniors baroudeurs qui sont déjà aguerris à une vie d’expatriation.  
 
8ème : La République Dominicaine conserve son classement dans ce « Top 10 ». Le fait est que l’île est très belle, voire paradisiaque et que le cout de la vie est relativement bas si l’on vit « comme les locaux ». En revanche, les prix grimpent dès qu’il s’agit d’un train de vie un peu plus haut de gamme. La capitale Saint Domingue propose pratiquement tout ce que l’on peut espérer d’une grande ville. L’île offre une belle variété de paysages : entre forêts tropicales et immenses plages de sable blanc.
 
Notre avis : revers de la médaille ? Au-delà de l’éloignement et de la langue (l’Espagnol), le tourisme à outrance et le fait qu’il faille parfois faire attention en sortant le soir. La ville n’est pas toujours très sûre (drogue et prostitution).
 
9ème : Etonnante arrivé du Brésil dans ce classement. Effet cumulé de la Coupe du monde et des Jeux Olympiques ? Attention, vivre à Rio ou Sao Paulo peut coûter cher, notamment pour la location d’appartements. Sans compter que ces villes restent dangereuses à vivre au quotidien. Pour le reste du pays, incontestablement, le coût de la vie est moins élevé qu’en Europe, en revanche, il faut accepter de résider loin des grandes agglomérations. Autres « moins » : la langue (le Portugais) et l’éloignement avec des vols chers pratiquement toute l’année. Tout comme le Sénégal, à réserver aux seniors baroudeurs qui sont prêts à délaisser une partie de leur confort.   
 
10ème : La Grèce passe de la 3ème à la 10ème place cette année. Certes, la situation du pays (économique et politique) n’est pas des plus enviables actuellement, mais cela reste une destination « voisine » de la France et cet état fait toujours partie de l’Europe… Sans compter le régime et le climat méditerranéen.
 
« D’une manière générale, les retraités qui souhaitent s’expatrier doivent prendre en considération un grand nombre de variables lorsqu’il s’agit de choisir leur petit paradis de retraite. Il n’existe pas de formule toute faite qui va leur sortir le nom du pays le plus adapté à leurs souhaits. Après tout, les priorités sont spécifiques à chaque futur retraité, ce qui est important pour une personne ne l’est pas forcement pour une autre.
 
Il n’existe pas de mesure exacte pour les rêves ou les goûts. Nous nous sommes simplement efforcés d’aider les candidats au départ à associer les critères de vie qui leur sont les plus importants avec des endroits qu’ils peuvent situer sur la carte. Une fois qu’ils auront fait leur sélection, rien ne pourra remplacer un séjour sur place pour valider leur choix et prendre la bonne décision
 » indique le responsable de ce site Internet.
 
Quelques chiffres : 17% des jeunes retraités Français de plus de 65 ans vivant en France envisagent aujourd’hui une installation à l’étranger. Avec une progression de 11,65% entre 2014 et 2013 (251 223 expatriés de plus de 60 ans en 2014 contre 225 000 en 2013), les seniors représentent aujourd’hui 14% des expatriés français) un pourcentage inférieur à leur part dans la population française (23%) mais tout de même marquant.