Sommaire
Senior Actu

Article publié le 23/04/2018 à 01:00 | Lu 1291 fois

DMLA : une avancée dans la thérapie cellulaire

Une équipe de l'Institut de la vision (CNRS/Inserm/UPMC) vient d’annoncer la mise au point d’une technique permettant d’accroître l'efficacité du traitement des maladies dégénératives de la rétine par une greffe de cellules. Les résultats sont en cours de validation sur des cellules issues de patients atteints de DMLA. Détails.


Avant d’aller plus loin, rappelons que la DMLA est la première cause de malvoyance en France chez les personnes âgées de plus de 50 ans : de fait, une personne sur quatre après 75 ans et une personne sur deux à partir de 80 ans seraient concernées cette pathologie de l’œil…  
 
En raison du vieillissement de la population et de l'augmentation de la durée de vie, la DMLA est un enjeu majeur de santé publique. En France, un million de personnes sont atteintes par une forme plus ou moins sévère de la maladie.
 
Il faut aussi savoir que pour ces malades, il n'existe pas aujourd'hui de traitement curatif satisfaisant. Dans ce contexte, l'une des pistes explorées consiste à greffer dans la rétine des cellules d'épithélium pigmentaire rétinien (EPR) du patient.
 
Mais jusqu’à maintenant, les effets de cette transplantation se sont révélés limités : le patient greffé ne bénéficiant que d'une amélioration partielle de sa vision, car les cellules EPR subissent une dédifférenciation après la greffe et perdent leur fonction de protection.
 
Dans ce contexte, des chercheurs de l'Institut de la vision ont identifié ce mécanisme de dédifférenciation et ont trouvé le moyen d'obtenir des cellules EPR qui résisteraient à ce processus. L'expérimentation sur un animal semble avoir été concluante. Ces travaux ont donné lieu à un dépôt de brevet.
 
Un programme de maturation de cette technologie a permis de poursuivre ces études sur des modèles animaux. Les travaux actuels portent sur des cellules iPS issues de patients atteints de DMLA afin de vérifier la pertinence de cette stratégie thérapeutique sur des cellules humaines. Affaire à suivre.