Sommaire
Article publié le 26/01/2018 à 01:00 | Lu 1807 fois

Auzat l'Auvergnat : un petit-fils sur les traces de son grand-père (documentaire)

Ce film-documentaire d’Arnaud Fournier Montgieux met en lumière l’évolution du monde rural de ces dernières décennies et ce, à travers les habitants du village d’Auzat (Auvergne) que le grand-père du jeune réalisateur a filmé dans les années 60 et qu’Arnaud retrouve cinquante plus tard. Une très belle idée.


Touché par la découverte d’images tournées par son grand-père dans les années 60 à Auzat, un petit village altiligérien, le réalisateur est alors saisi par l’envie d’un retour aux racines. A son tour, cinq décennies plus tard, il se munit d’une caméra et part à la rencontre des femmes et des hommes qui donnent vie à Auzat aujourd’hui.
 
Né d’une mère berrichonne et d’un père auvergnat, Arnaud a toujours cultivé une relation étroite avec la nature et le monde rural. Au travers de ses expériences personnelles et professionnelles, il nourrit un regard critique et sensible sur le monde.
 
Il décide en 2015 de prendre le temps de filmer les habitants d’Auzat et à travers eux de rencontrer l’« hyper-ruralité » française d’aujourd’hui, si peu représentée dans les médias. Un an plus tard il décide de se consacrer pleinement à ce projet, qui donnera naissance en 2017 au film Auzat l’Auvergnat, un documentaire de 70 minutes.
 
Les archives d’Auzat montrent un village enraciné dans une terre agraire. Ses habitants partagent un mode de vie paysan rythmé par les saisons et le bétail. Les archives montrent également des moments de vie, de fêtes...
 
Ces archives tournées en Super 8 par le grand-père du réalisateur sont le point de départ de l’histoire du film et son leitmotiv. Elles sont centrales dans la narration car elles illustrent les changements profonds qui ont marqué le village et permettent d’en appréhender les enjeux actuels. Pour autant, les archives laissent rapidement place au temps présent, afin d’en saisir ses spécificités aujourd’hui.
 
Comme l’indique le jeune réalisateur : « mon grand-père nous a légué avec ses films amateurs un témoignage de la vie de village à son époque. Ces images posent évidemment une question à laquelle j’avais envie de répondre : que sont devenus les habitants d’Auzat, et que deviendront nos petits villages retranchés demain ? »

Auzat l’Auvergnat progresse au rythme des rencontres. Ce documentaire répond à l’envie de faire une pause et de redécouvrir la ruralité française au travers de ses habitants, en partageant avec eux des moments de vie. Les personnes rencontrées nous permettent, avec leurs mots et leurs gestes, d’appréhender des enjeux du monde rural qu’ils habitent.
 
Par exemple, le couple Bernard Mouttet et sa femme Guite sont un point d’encrage pour le réalisateur. Ils tissent un lien entre les archives de son grand père (dans lesquelles ils apparaissent) et la vie du village aujourd’hui. Puis il y a la rencontre d’autres visages composants la vie d’Auzat : Eric Roche, jeune agriculteur ayant repris toutes les terres, Diane Cazelles, artiste et enfant du pays, Nathalie Rambourdin, première femme élue maire, John et Kate Standley, nommés « les Anglais », Richard Réocreux, nouvel habitant sur le point de terminer la construction de sa nouvelle demeure, les jeunes du chantier d’insertion, les vacanciers ...
 
« J’avais le sentiment d’être un privilégié. Mon histoire familiale m’a permis d’être accueilli et accepté sans doute plus facilement que si j’étais un simple étranger ; et en même temps j’étais suffisamment extérieur à la vie du village pour garder un certain recul et être pleinement libre dans le choix des scènes filmées » souligne Arnaud Fournier Montgieux.
 
Et de poursuivre : « je voulais simplement récolter des moments de vie comme mon grand-père l’avait fait 50 ans plus tôt et mettre en lumière la diversité qu’offre le monde rural aujourd’hui. Par la suite, j’ai eu très envie de partager la richesse du patrimoine culturel, naturel et humain que ma caméra avait pu saisir. » 

« Le monde rural me semble être à un carrefour entre son passé paysan, aujourd’hui révolu, et un avenir incertain. En moins d’un demi-siècle il a été bouleversé. Il est aujourd’hui traversé par de nombreuses problématiques auxquelles il doit répondre. Comment améliorer l’accès au soin, rompre avec l’isolement par les nouveaux moyens de communication et de transport, remplir ses missions éducatives, faire face aux enjeux climatiques, proposer des énergies alternatives, garder son rôle de terre nourricière, permettre une reconnexion à la nature, appréhender une nouvelle diversification économique et sociale qui habite son espace aujourd’hui ... ? En somme, comment le monde rural peut-il accompagner les enjeux de notre société, qui sont nombreux et complexes ? » conclut le réalisateur.
 
Sortie salle nationale prévue le 21 mars. 
 
*Auzat est un des treize villages de la commune de Villeneuve-d’Allier. Il fait partie de ce qu’on appelle la « vallée de la Ribeyre » dans le Haut-Allier et est situé sur le département de la Haute-Loire (43). Il est surplombé par le Château de Saint-Ilpize, dont la chapelle date du XI-XIIème siècle. 






Dans la même rubrique :
< >