Sommaire
Article publié le 05/07/2019 à 01:00 | Lu 364 fois

Whiskies du monde : un découvreur de talents !

Si l’on devait résumer en deux mots la genèse de Whiskies du monde, cela serait « mode du whisky japonais » et « taux de change de la Livre sterling ». C’est en effet ce dernier qui oblige Alain Pontoizeau à délaisser ses importations britanniques pour découvrir les produits du monde. Une entreprise à dimension familiale.


Venu du monde du Cognac, Alain Pontoizeau a l’opportunité de créer sa propre entreprise de négoce de spiritueux à la fin des années 90. Un élan brisé par la hausse de la Livre sterling... Dans le même temps, s’installe la mode du whisky japonais dont les tarifs étaient encore raisonnables.
 
A côté des géants comme Nikka, Suntory ou Kirin, les Japonais développent également de nombreuses petites distilleries qui produisent des whiskies de qualité. Akashi, Togouchi, Yamazakura et Okayama intègrent ainsi le portefeuille de Whiskies du monde et sont désormais en face à face avec des labels plus renommés comme Yamazaki ou Taketsuru.
 
Mais avec la distillerie White Oak, on dispose d’une maison de tradition dont la création comme brasserie de Saké remonte à 1888. Dès 1919, la société Eigashima qui en est propriétaire obtient une licence de production de whisky.
 
Comme on le voit, cette distillerie n’est pas la dernière venue. Outre ces whiskies japonais, la famille Pontoizeau nous fait découvrir deux gins japonais de la distillerie Sakurao particulièrement élégants et très botaniques. En bon explorateur, Whiskies du Monde nous a révélé le Yushan Signature, un whisky single malt de Taiwan qui est une véritable gourmandise. Elevé en fût de bourbon, il offre une belle rondeur.
 
C’est en poursuivant son tour du monde des whiskies que l’enseigne a pu découvrir -et nous proposer- le Paul John. Un whisky indien qui est né en 2012 sur la côte de Goa, une ancienne colonie portugaise.  Bénéficiant d’un vieillissement accéléré dû au climat tropical des Indes, les différentes gammes de John Paul collectionnent les récompenses mondiales depuis trois ans.
 
Avec une collection de cinq single malts, John Paul offre un bel assortiment dont nous avons retenu le John Paul Edited qui est légèrement tourbé. Une tourbe importée d’Ecosse qui est intégré dans le processus de maltage qui est réalisé avec de l’orge cultivée aux Indes. La situation tropicale de la distillerie est aussi la cause d’une part des anges (le taux d’évaporation) de près de 10% ce qui est très important. 

Outre les whiskies, ce magasin sait également nous faire découvrir d’autres types de spiritueux et d’alcools à l’instar de La Hechicera. Un rhum colombien qui est un assemblage de rhums âgés de 12 à 21 ans et vieilli selon la méthode « solera » dans des fûts de chêne américain.
 
Distillation en colonnes continues. Ni coloré, ni filtré à froid, ce rhum de mélasse offre une bouche délicate et souple sans être trop sucrée. Parfait en dégustation ce rhum de Colombie est également un compagnon idéal pour les longs drinks et les cocktails.
 
Avec son catalogue particulièrement riche, Whiskies du monde nous entraîne au fil des continents dans des découvertes qui sont de véritables invitations au voyage. Outre ces plaisirs gustatifs qui font travailler notre imaginaire, la collection de l’enseigne ouvre aux amateurs, la porte vers des produits qu’ils ne connaissaient pas toujours à l’instar du gin Aber Falls. Produit au pays de Galle dans les Snowdonia Mountains, ce gin mérite d’être découvert.
 
Il est à l’image de la sélection rigoureuse que les équipes de Whiskies du monde effectuent avant d’inscrire une marque dans leur catalogue et d’en faire un partenaire.
 
Joël Chassaing-Cuvillier





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 12 Juillet 2019 - 01:00 La diversification ou l'avenir du cognac