Vacances en Europe : munissez-vous d'une carte européenne d'assurance maladie

Imaginez un instant... Vous êtes au cœur de Rome, savourant une glace artisanale quand, soudain, une douleur aiguë vous assaille. Que faire ? C'est ici qu'intervient la carte européenne d'assurance maladie (CEAM). Un sésame qui pourrait bien vous éviter bien des tracas si vous voyagez en Europe...



La CEAM, c'est quoi exactement ?

Ma Carte Européenne d'Assurance Maladie (CEAM) est votre bouclier protecteur contre les imprévus de santé lors de vos séjours au sein de l'Union européenne, mais aussi en Islande, au Liechtenstein, en Norvège ou encore en Suisse. Elle vous donne accès aux soins publics sur place, aux mêmes conditions et tarifs que les résidents du pays visité... Mais attention (et c'est là que les choses se compliquent), elle ne couvre pas tout ! Les soins programmés ou privés ne sont pas inclus ; et si un rapatriement devait s'imposer, la CEAM ne serait d'aucun secours.

Pour l'obtenir, rien de plus simple : contactez votre organisme d'assurance maladie avant le départ. Et si le temps presse – moins de 15 jours avant le grand saut – un certificat provisoire peut prendre le relais. Chaque membre de la famille doit posséder sa propre carte (oui, même les enfants). Gratuite et valable deux ans, elle devient votre meilleure alliée... à condition de ne pas l'oublier !



Avant le départ : obtenir sa CEAM

Connectez-vous simplement à votre compte ameli - ou rendez-vous auprès de votre caisse locale. Si votre départ est imminent et que vous n'avez pas le temps d'attendre la version physique de la carte, un certificat provisoire peut être délivré immédiatement et sera valide pendant trois mois.



Sur place : comment utiliser sa CEAM ?

Vous voilà arrivé à destination avec votre CEAM bien rangée dans votre portefeuille. Espérons que vous n'aurez pas à l'utiliser... Mais si c'était le cas ? Pas de panique ! La procédure est simple :
 
  • trouvez un médecin conventionné ou un établissement public. Présentez-leur votre carte et ils sauront quoi faire. Parfois, il faudra avancer les frais; d'autres fois non – cela dépend du système de santé du pays où vous êtes. Si jamais on refuse votre CEAM (ce qui serait très surprenant), contactez rapidement votre organisme d'assurance maladie pour résoudre le problème.
  • gardez toutes vos factures et justificatifs de paiement. Au retour dans votre pays, ces documents seront nécessaires pour obtenir un remboursement auprès de votre organisme d'assurance maladie.
  • si par mégarde vous avez oublié votre CEAM chez vous, sachez que tout n'est pas perdu! Vous pouvez toujours recevoir des soins en faisant l'avance des frais puis demander le remboursement une fois rentré chez vous.



En cas d'oubli ou d'urgence

L'oubli est humain ; cela arrive même aux meilleurs voyageurs. Vous avez oublié votre CEAM et voilà qu'un pépin santé survient ? L'avance des frais sera inévitable... Mais conservez bien tous vos reçus et factures ! Ils seront précieux pour obtenir remboursement une fois revenu dans vos pénates.

Et si jamais l'accident était plus grave ? Si une hospitalisation était nécessaire sans avoir la précieuse carte ? Il existe des solutions :
 
  • adressez-vous au consulat ou
  • à l'ambassade de France qui saura vous guider vers les démarches adaptées.


À retenir

La carte européenne d'assurance maladie est un atout non négligeable pour tout vacancier circulant en Europe et au-delà. Elle simplifie grandement l'accès aux soins médicaux urgents et nécessaire lorsqu'on est loin de chez soi... Un véritable gage de tranquillité!

Alors avant de boucler vos valises et d'embarquer vers l'aventure européenne; prenez ce conseil à cœur: n'oubliez pas votre CEAM ! Elle pourrait bien être la clé d'un séjour réussi – sain et sauf.
 
Source
Publié le 28/06/2024 à 01:00 | Lu 1705 fois




Retrouvez Senioractu.com sur
Facebook
X


Facebook
X