Une nouvelle étude constate un lien entre perte auditive et troubles cognitifs

L'impact des appareils auditifs sur la mortalité est un sujet peu exploré. La perte auditive, fréquente chez les personnes âgées et souvent négligée, semble régulièrement liée à des troubles cognitifs, à la démence et à une santé physique déclinante. Un constat et des relations de causes à effets que tentent d'élucider de plus en plus d'études scientifiques.


Une nouvelle étude, dirigée par l'oto-rhino-laryngologiste Janet S. Choi et ses collaborateurs et publiée par la célèbre revue scientifique américaine The Lancet, se sont penchés sur la relation entre l'usage d'appareils auditifs et la mortalité toutes causes confondues, en exploitant les données de l'Enquête nationale américaine sur la santé et la nutrition.

Les auteurs ont constaté une corrélation certaine entre le degré de perte auditive et le risque de mortalité, le risque augmentant avec la sévérité de la perte. De plus, après ajustement pour les facteurs démographiques, l'historique médical et le niveau de risque lié à la perte auditive, ils ont découvert que le risque de mortalité s'avérait moindre chez les utilisateurs réguliers par rapport à ceux n'ayant jamais utilisé d'appareils. Ces observations suggèrent que l'usage constant d'appareils auditifs pourrait contribuer à diminuer le risque de mortalité.

Ces derniers résultats viennent appuyer d'autres études antérieures, qui avaient déjà établi un lien entre la perte auditive et la mortalité. Néanmoins, les recherches précédentes sur la relation entre l'utilisation d'appareils auditifs et une réduction de la mortalité ont donné des résultats variés.

L'étude de Mme Choi et de son équipe se distingue par sa durée exceptionnellement longue et par l'utilisation de tests audiologiques objectifs, plutôt que des auto-évaluations de la perte auditive, qui peuvent être biaisées. Un autre atout de cette étude est l'évaluation de l'observance du port des appareils.

Le mécanisme précis expliquant la corrélation entre l'utilisation des appareils auditifs et une mortalité réduite reste à déterminer. Il est possible que les personnes ayant accès aux soins auditifs soient globalement en meilleure santé et jouissent d'un statut socioéconomique plus élevé, facteurs pouvant influencer indépendamment le risque de mortalité.

Par ailleurs, étant donné les liens avérés entre la perte auditive et le déclin cognitif, une autre hypothèse plausible serait que les appareils auditifs réduisent le risque de démence. Toutefois, une étude contrôlée randomisée récente n'a pas démontré de réduction du déclin cognitif sur trois ans avec l'usage d'appareils auditifs. Le traitement de la perte auditive pourrait également influencer la mortalité en atténuant la solitude, la dépression et la fragilité, tous facteurs de risque pour la santé.

L'étude de Mme Choi et ses collègues indique donc que les appareils auditifs pourraient être associés à une réduction de la mortalité, effet qui serait amplifié par un usage régulier. Il est cependant nécessaire de reproduire ces résultats pour déterminer si la perte auditive est un facteur de risque modifiable pour la mortalité et la démence.

De nouvelles études portant sur des populations à risque seraient désormais pertinentes pour évaluer l'impact de l'utilisation des appareils auditifs sur le fonctionnement cognitif, physique et mental des personnes âgées.


Publié le 04/01/2024 à 11:47 | Lu 4227 fois