Sommaire
Senior Actu

Article publié le 28/05/2018 à 01:00 | Lu 976 fois

Une Mercedes-Benz Classe A qui arrive à maturité

Avec la quatrième génération de sa Classe A, Mercedes-Benz offre une compacte qui a bien grandi. De petit monospace hyper compact né en 1997, la Classe A est devenue une voiture moderne au caractère bien établi et qui affiche une image valorisante de son propriétaire.


Si, par rapport à la précédente mouture, cette Classe A semble avoir peu changé dans ses apparences, le bureau de style du constructeur allemand a néanmoins beaucoup travaillé sur le design de ce modèle.
 
Des lignes plus tendues et une face avant dynamique qui s’inspire du CLS, cette Classe A inflige un sérieux coup de vieux à ses concurrentes directes Audi A3 ou BMW M1. Sans caractères et sans âmes, ces dernières affichent une image vieillissante.
 
Mais c’est dans l’habitacle que le renouveau se fait radicalement sentir. Un coup de jeune et de dynamisme, tel pourrait être le résumé de la situation. Une planche de bord radicalement bouleversée, voilà ce que découvriront les amateurs de la marque. Elaborée tout en longueur, la planche de bord offre une vision ultra moderne de la marque.
 
Les trois-quarts de celle-ci sont constituées de deux tablettes digitales qui diffusent tous les éléments d’informations. Dans l’axe du conducteur, on trouve toutes les données directement liées à la conduite. On peut à volonté afficher une instrumentation digitale classique ou au contraire, utiliser des visualisations plus contemporaines.

Quant à la seconde tablette digitale, une véritable dalle numérique, qui est installée dans le prolongement de la première, elle est consacrée à toutes les informations de confort et multimédia. Qu’il s’agisse de la lecture du GPS, de la configuration des paramètres de conduite ainsi que les choix de radio ou de téléphone.
 
Outre cet écran tactile, les commandes sont doublées par l’intermédiaire d’un pavé tactile située sur la console centrale. Un complément aux commandes situées dans le volant. Outre ces différents accès manuels, une commande vocale intelligente exécutera toutes les demandes concernant le chauffage, la radio ou autre.
 
Quittons la technologie pure pour aborder le confort et la décoration intérieure. Intégrés à la planche de bord, on apprécie le dessin des aérateurs particulièrement réussi. Associés à un éclairage d’ambiance, ils affirment la volonté de Mercedes-Benz d’inscrire cette compact dans une catégorie premium.

Rien n’a été négligé dans le niveau des équipements pour renforcer l’esprit haut de gamme du modèle en l’associant avec l’image luxe de la marque. Grâce à l’allongement de l’empattement, l’espace disponible dans l’habitacle est particulièrement généreux. Aux places avant, on dispose de sièges au maintien parfait et surtout, qui disposent d’un soutien sous cuisses réglable en longueur. Un atout lors de longs voyages.
 
A l’arrière, un passager adulte de 1,80m dispose d’un espace parfait aux genoux ainsi qu’en hauteur. Quant à l’accès il s’effectue avec facilité. En revanche, on regrette l’absence de roue de secours. En cas de crevaison, il faudra se rabattre sur un kit de réparation et son compresseur. C’est dommage, d’autant que la place pour ranger une roue de secours est totalement disponible. Cela n’aurait influé sur le volume effectif du coffre à bagages qui avec 370 litres se situe dans la moyenne du créneau.
 
A signaler également la banquette arrière rabattable deux-tiers / un tiers, toujours pratique. En revanche la place centrale arrière n’est pas du meilleur confort et le tunnel central oblige à lever les jambes. Parmi les équipements on retiendra les radars de stationnement, la caméra de recul ainsi que les nombreuses aides à la conduite qui peuvent s’avérer trop intrusives.

​Au volant

Pour cet essai, nous disposions d’un modèle essence de 163 ch équipé d’un moteur et d’une transmission automatique à 7 rapports issus d’un accord avec Renault/Nissan qui reçoit pour Mercedes, un système de désactivation des cylindres à bas régime. L’accord parfait pour une utilisation en ville et en circulation périurbaine dense.
 
Equipée d’un châssis réglable (optionnel), nous avions choisi une définition confort, la sportivité n’étant pas la finalité de ce modèle. En dépit de cela, le mauvais état des routes parisiennes et de la région se ressentait immédiatement. Le choix de roues 17 pouces, il est vrai, ne favorisait pas le filtrage des imperfections de la route.
 
Le passage des vitesses se fait d’une façon douce et avec une certaine lenteur. Sans brutalité. La vocation familiale de cette Classe A est mise en avant. Un freinage et un châssis efficaces complètent le comportement dynamique de cette compacte qui pourra recevoir sans problème des motorisations plus puissantes.
 
Sur ce modèle, on regrettera des sensations de conduite qui semblent étouffées en dépit des 163 ch du moteur. En revanche, on apprécie les progrès réalisés en matière de qualité des matériaux, le confort d’utilisation sur route et la modernité des équipements, bien que certains soient optionnels. Face à une concurrence peu agressive, cette Classe A possède de nombreux atouts pour conquérir une nouvelle clientèle.
 
Joël Chassaing-Cuvillier