Un dispositif d'accompagnement à domicile des aidants pour améliorer leur qualité de vie

Passerelle Assist’Aidant, une expérimentation réalisée pendant un an gratuitement semble montrer qu’un dispositif d’accompagnement à domicile des proches aidants améliorerait significativement leur qualité de vie. Ce dernier a été financé par la Fondation Korian et mesuré par la Fondation Médéric Alzheimer auprès de 20 proches aidants.





En 2020, la Fondation Korian a lancé un programme de recherche au service du bien vieillir avec notamment, l’évaluation de l’impact du dispositif d’accompagnement social, psychologique et médical de l’association Passerelle Assist’Aidant proposé de manière expérimentale à 20 aidants familiaux et leur famille, dont le proche vit en maison de retraite ou à domicile.
 
Dans la pratique, il s’agit de se rendre au domicile des aidants, d’évaluer leurs besoins, de les faire suivre par une équipe pluridisciplinaire diplômée pendant environ une année et de les diriger -si besoin est- vers des dispositifs adaptés à leurs situations.
 
Au total, vingt proches-aidants essentiellement féminins et en pré/fragilité ont été sélectionnés pour participer à l’expérience pendant un an, 17 femmes et 3 hommes avec une moyenne d’âge de 72 ans (39 à 93 ans). Les personnes aidées étaient le plus souvent leur conjoint atteint de démences de type Alzheimer ou de démences vasculaires.
 
Tous présentaient des signes de pré/fragilité et une charge mentale importante qui dégradaient leur qualité de vie. Si les aidants n’étaient pas isolés du fait de visites et d’appels téléphoniques réguliers, de relations de bon voisinage, de la présence de commerces de proximité, ils se sentaient seuls à gérer les besoins de la personne aidée.
 
Ils se disaient aussi stressés et constataient une fatigue psychique importante avec l’impossibilité de dégager du temps pour eux et un moral en berne.
 
Un an après, le succès du dispositif est « sans appel » assure la fondation dans son communiqué : les aidants aurait constaté une amélioration de leur qualité de vie. En fin d’accompagnement, soit 10,5 mois plus tard, on remarque chez les proches aidants une diminution d’un tiers du facteur stress.
 
Ces derniers se sentent soutenus psychologiquement et physiquement et affirment avoir « plus de temps pour eux » et être au quotidien « de meilleure humeur ». D’une manière générale, la qualité de vie des aidants passerai d’une note 5,2/10 à 7,4/10, soit une progression de 42%. Avec une note de satisfaction de 9/10, le dispositif est unanimement loué par les 20 aidants familiaux et leur famille qui l’ont testé.
 
Les proches aidants ont apprécié la présence des accompagnants à leur domicile. Une aidante confie : « Il est difficile pour nous de demander de l’aide, en particulier à des personnes que l’on ne connaît pas. Imaginez s’il faut en plus sortir de la maison pour chercher et obtenir cette aide. Moi, je ne le ferai pas ! Très vite, les proches aidants ont adhéré à la philosophie du dispositif, tout comme les intervenants professionnels à domicile dont certains précisent « que c’était un honneur de participer à l’expérimentation ».
 
Sur le long terme, le dispositif aurait un impact positif durable pour les proches aidants, leur famille et le proche aidé.
 
Six mois après la fin de l’accompagnement, ces bons résultats se maintiennent. Les aidants se sentent outillés pour affronter des situations de crise. L’étude constate que leur niveau de stress continue de décroitre. Cet environnement plus serein a également des répercussions directes sur la santé du proche aidé, qui se sent plus entouré.
 
Pour Marie-Anne Fourrier, Déléguée de la Fondation Korian, « ces résultats très encourageants démontrent clairement la pertinence de ce type de dispositif d’accompagnement à domicile des aidants, et pose la question de leur mode de financement ».

Article publié le 06/10/2022 à 06:32 | Lu 3525 fois