Ultra-Levure : tout savoir sur ce traitement contre la diarrhée

Originaire d’Asie, la souche d’UItra-Levure est employée depuis près de 60 ans dans le traitement de la diarrhée. Sa levure Saccharomyces boulardii CNCM I-745, présente de nombreuses propriétés favorisant l’accompagnement de cette altération de l’équilibre intestinal, dont sa capacité à restaurer la flore intestinale.






Un médicament aux origines exotiques

Le principe actif d’Ultra-Levure a été découvert fortuitement en 1923, au cœur de l’Indochine française. Le microbiologiste Henri Boulard observe alors des autochtones se soigner avec une décoction préparée à partir d’écorces de deux fruits tropicaux : le litchi et le mangoustan.
 
Ce remède est employé pour soulager les problèmes intestinaux, notamment la diarrhée accompagnant les crises de choléra. Intrigué, le scientifique les analyse et découvre une souche de levure, jusqu’alors inconnue. Il lui donne le nom de Saccharomyces boulardii et fait part de sa découverte à la communauté scientifique.
 
Fondé en 1953 dans le domaine de la gastroentérologie, le laboratoire Biocodex rachète les droits de Saccharomyces boulardii et travaille à modifier le milieu de culture et le procédé de fermentation, de façon à répondre aux bonnes pratiques de fabrication de l’industrie pharmaceutique.
 
En 1988, la souche est déposée et enregistrée officiellement à l’institut Pasteur, sous le nom de Saccharomyces boulardii CNCM I-745*. La technique de reproductibilité de la souche développée par Biocodex répond aux normes de qualité et de sécurité propres aux médicaments. Elle assure de surcroît la pérennité des propriétés de la souche originelle, dont elle est directement issue.
 
Elle est commercialisée en France sous le nom d’Ultra-Levure®, qui devient le premier probiotique utilisé en médecine humaine.
 
Ultra-Levure, est le seul médicament contenant la souche Saccharomyces boulardii CNCM I-745, enregistré auprès de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé en tant que microorganisme antidiarrhéique.
 
Son AMM repose sur des données précliniques et cliniques se référant strictement à la souche Saccharomyces boulardii CNCM I-745. Son efficacité est souche-dépendante, ce qui signifie qu’elle ne peut être transposée à d’autres souches ou levures probiotiques.

Soixante ans d’utilisation et de retours d’expérience

Aujourd’hui enregistrée dans plus de 90 pays, Ultra-Levure est indiqué dans le traitement symptomatique de la diarrhée, en complément de la réhydratation.

Son efficacité repose sur des propriétés uniques :
 
  • Une tolérance à l’acidité lui permettant de transiter par l’estomac pour atteindre l’intestin sans être détruite.
  • Une température de croissance équivalente à celle du corps humain.
  • Une insensibilité naturelle aux antibiotiques autorisant une administration simultanée avec ceux-ci. Une colonisation temporaire de l’intestin ne perturbant pas l’équilibre normal du microbiote intestinal.
 

Des mécanismes d’action diversifiés

Unique souche microbienne entrant dans la composition d’Ultra-Levure, Saccharomyces boulardii CNCM I-745 présente plusieurs mécanismes d’action. Des études in vitro ont permis de montrer que la souche participe à la stimulation du système immunitaire et à la régulation des processus inflammatoires.
 
Son activité antimicrobienne est pour sa part impliquée dans le maintien et la restauration du microbiote intestinal.
 
La souche est considérée comme une « Flore de substitution », permettant de compenser un déséquilibre transitoire de la flore intestinale qui peut être dû à une infection intestinale, la prise de certains médicaments ou la modification des habitudes alimentaires.
 
*CNCM signifie « Collection Nationale de Culture de Micro-organismes » et la désignation CNCM I-745 permet de la différencier des autres souches de Saccharomyces boulardii.

Article publié le 30/11/2022 à 01:00 | Lu 1510 fois




Twitter
Facebook