Sommaire
Article publié le 13/08/2018 à 03:37 | Lu 2532 fois

Taiwan : un septuagénaire joue à Pokémon Go pour réduire les risques d'Alzheimer

L’info a fait le tour du web en quelques jours. Il faut dire que Chen San-yuan, 70 ans, ne passe pas inaperçu dans les rues de New Taipei (Taiwan) : sur son vélo, il a fixé onze téléphones portables qui lui permettent de partir à la chasse aux Pokémon Go.


Taiwan : un septuagénaire joue à Pokémon Go pour réduire les risques d'Alzheimer
Après avoir chassé Pikachu et autres créatures imaginaires sur leurs consoles, les joueurs de tous âges peuvent depuis l’été 2016, les capturer sur leurs smartphones grâce à la réalité augmentée, une technologie qui fait apparaître des éléments virtuels dans le monde réel ; dans la rue par exemple.
 
Baptisé Pokémon Go, ce jeu a séduit des générations de joueurs et parmi eux, Chen San-yuan, un septuagénaire maître de feng shui vivant à Taipei, capitale de Taiwan en Asie.
 
Depuis deux ans et depuis que son petit-fils lui a fait découvrir, il est totalement accroc à ce jeu vidéo, à tel point que cinq à six jours par semaines, il part à la recherche de ces petits monstres -souvent le soir- dans les rues de sa ville, juché sur son vélo où sont fixés onze téléphones portables.
 
Avec le temps, l’homme est devenu « célèbre » dans les rues de New Taipei, à tel point qu’on le surnomme désormais Oncle Pokémon (il a atteint le niveau 30). Rappelons qu’en Asie, on s’adresse souvent aux personnes âgées en les appelant Uncle (oncle) ou Auntie (tante). Une appellation autant respectueuse qu’affectueuse.  
 
Lorsqu’il part en chasse, Oncle Pokémon peut jouer vingt heures d’affilée. C’est la raison pour laquelle il embarque avec lui plusieurs chargeurs qui lui permettent de tenir la journée ! Une passion qui lui coute cher aussi puisqu’il dépense plus de mille euros par mois pour ses Pokémon.
 
Au-delà de l’aspect ludique, Mr Chen estime que partir à la chasse aux Pokémon lui permet de rester alerte, de bouger, de rencontrer du monde et de faire fonctionner ses petites cellules grises. Bref, d’éloigner le risque de développer la maladie d’Alzheimer.
 
Toutefois, le succès de ce jeu n’a pas été sans poser de problèmes… L’un de ses avantages est qu’il fait marcher les joueurs qui doivent se déplacer pour trouver plus efficacement leurs petits monstres virtuels… Problème ! Certains joueurs obnubilés par leur écran se retrouvent dans des casernes de militaires, dans des bâtiments officiels sensibles, traversent la rue n’importe comment… quand ils ne tombent pas du haut d’une falaise causant la mort du chasseur de Pokémon.






Dans la même rubrique :
< >