Sommaire
Article publié le 07/03/2019 à 01:00 | Lu 1031 fois

TNM : entretien avec Christine Morel, directrice médicale du Réseau Omeris

Le réseau Omeris, gestionnaire de seize maisons de retraite médicalisées (EHPAD) en France, a décidé de s’appuyer sur l’apport des thérapies douces grâce à l’accompagnement de professionnels de la santé et s’engage à les déployer au sein de ses différentes structures. Entretien avec Christine Morel, directrice médicale de ce groupe de maisons de retraite.


L’orientation vers les thérapies non médicamenteuses (TNM) est-elle une priorité au sein du
Réseau ?

Christine Morel : le développement d’une culture de prise en soin axée sur la prévention nous apparaît primordiale au vu de l’évolution de la population âgée et de l’incidence des maladies neurodégénératives ou maladies apparentées de type Alzheimer.
 
Pour accueillir au mieux les personnes dont la dépendance est en lien direct avec une pathologie neurodégénérative, la prise en charge se doit d’évoluer afin de répondre de façon plus adaptée à leurs besoins et troubles du comportement, tels que l’agitation, l’anxiété, l’incurie, les pertes de repères…
 
Le projet des TNM a prouvé l’amélioration de l’accompagnement de cette typologie de résidents en favorisant les relations aidants / aidés / professionnels.
 
Ces thérapies complémentaires aux soins de santé nécessitent la mise en place d’outils d’appréciation qui permettront de mieux appréhender la qualité de vie du résident. La formation des professionnels soignants et non soignants aux techniques d’observation et d’analyse des comportements des résidents ainsi qu’une formation aux stratégies non médicamenteuses sont une priorité au sein de notre Réseau.
 
Le personnel de notre réseau est notamment en cours de formation à la méthode Montessori adaptée aux personnes âgées.
 
Quels sont les axes de développement liés aux TNM ?
CM : l’expérimentation des TNM à la résidence Le 6e à Lyon est menée en lien avec notre direction médicale, des référents scientifiques et un doctorant. Elle fera ensuite l’objet d’une analyse suivant des indicateurs et outils définis. Les axes de développement dépendent étroitement des résultats de cette démarche.
 
Les axes de déploiement de la résidence sont orientés vers un réaménagement du milieu de vie afin de créer un environnement rassurant qui évite le sentiment d’enfermement et l’amélioration des outils d’aide à l’orientation spatio-temporelle (balisage lumineux…) ainsi que des activités quotidiennes en lien avec le bien-être.
 
Les salariés de la résidence ont d’ailleurs suivi une formation spécifique appelée « multi outils » : mandala, musicothérapie, jardin thérapeutique, olphacto-thérapie...
 
Concernant la résidence Le Parc des Mauves, le prochain déploiement sera axé vers les biothérapies avec l’utilisation de pansements au miel qui ont fait leur preuve dans le traitement des plaies, des escarres et des ulcères.






Dans la même rubrique :
< >