Sommaire
Article publié le 09/05/2022 à 01:00 | Lu 1436 fois

Seniorisation de la société : un enjeu de formation pour les praticiens en MCA




Étant de plus en plus sollicitée par les acteurs du secteur de la seniorisation, l’Agence des médecines complémentaires et alternatives (A-MCA) s’emploie désormais à s’inscrire dans le champ de la formation, à la fois pour les praticiens et pour les salariés du secteur. Une offre qui sera disponible en début d’année 2023.


Établissements d’hébergements pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), municipalités, entreprises : ils sont de plus en plus nombreux à solliciter l’A-MCA afin de proposer à leurs praticiens en MCA, des formations dédiées aux enjeux de l’accompagnement des personnes âgées.
 
« Aujourd’hui, des praticiens formés à une MCA, titulaires d’un diplôme reconnu (c’est-à-dire enregistrés au Répertoire national des certifications professionnelles ou Diplôme universitaire), ne peuvent pas pour autant intervenir sans formation complémentaire, auprès des séniors fragilisés par l’âge ou la maladie, alerte Véronique Suissa, directrice de l’A-MCA. Ils doivent disposer de qualifications spécifiques pour l’accompagnement de ce public particulier. »
 
Pour faire monter en expertise les praticiens, l’A-MCA a décidé de déployer une offre de formations dédiées. « L’enjeu est essentiel, ajoute la directrice de l’A-MCA. Car les praticiens affichent une volonté de se déployer dans le champ des fragilités, mais l’offre de formation est quasiment inexistante ou segmentée, c’est-à-dire réservée à certains praticiens. »
 
L’A-MCA prévoit de proposer une offre de formation transversale, à la fois pour les praticiens souhaitant intervenir dans le champ de fragilité, mais aussi pour les salariés du secteur de la seniorisation, eux-mêmes fragilisés.
 
Les formations proposées
« Les formations et les thématiques proposées par notre organisme de formation vont être variées », insiste Alice Warusfel, en charge de la formation à l’A-MCA.
 
Trois axes vont être déployés. Tout d’abord, un axe « découverte » avec des formations d’initiation sous la forme de séminaires d’un jour, par exemple sur la distinction entre l’action bien-être et l’action thérapeutique, ou de deux jours sur la sensibilisation à la Qualité de vie au travail (QVT). 
 
Le deuxième axe « approfondir » offrira une formation intermédiaire de trois à quatre jours, par exemple sur la prise en charge des résidents en Ehpad.
 
Enfin, le troisième axe « se perfectionner » permettra aux praticiens de suivre des formations de six à neuf jours pour gagner en expertise, par exemple sur « vivre avec la maladie d’Alzheimer » ou sur « le vieillissement pathologique ». Dans cet axe de perfectionnement, les praticiens pourront accéder, à leur demande, à une supervision et une analyse de pratiques sur un an.
 
Par ailleurs, pour les salariés exerçant dans ce secteur, d’autres programmes de formations leur seront dédiés, notamment dans le champ de la QVT. L’A-MCA déploie actuellement ce type de formations avec le groupe d’Ehpad AAAS et avec Responsage. 
 
Un projet décloisonné et pluri-professionnalisé
Pour décloisonner le champ d’exercice des praticiens, les formations proposées vont s’adresser à des professionnels intervenant dans des domaines variés. De même que « nous élaborons notre offre de formation en travaillant de manière collaborative avec les experts et les praticiens du secteur, toutes disciplines confondues », fait savoir Alice Warusfel.
 
Ainsi, l’ingénierie des formations sera conceptualisée par les experts de l’A-MCA en partenariat avec le centre de formation. Elles seront ensuite validées par son conseil pédagogique.
 
En parallèle, un conseil consultatif, composé des représentants des stagiaires ciblés, interviendra afin de mieux cibler les besoins. Les inscriptions seront ouvertes à partir de la rentrée 2022.