Sommaire
Article publié le 06/02/2018 à 01:00 | Lu 2748 fois

Santé à domicile : croissance des besoins et forte attente des patients

Les prestataires de santé à domicile se doivent de répondre à l’attente forte des patients à être traités chez eux. Selon une enquête Viavoice réalisée en novembre 2017, 81 % des français se disent favorables au fait de bénéficier d’une prise en charge à domicile, si leur médecin le leur proposait.


Avec près de deux millions de patients pris en charge, les prestataires de santé à domicile (PSAD) sont aujourd’hui un acteur essentiel de la chaîne de soins.
 
En effet, le nombre de patients nécessitant une prise en charge à domicile croît de manière structurelle du fait, notamment :
• de l’allongement de la durée de vie. Les Français bénéficient d’une espérance de vie élevée. Elle est de 85 ans pour les femmes et de 78,9 ans pour les hommes, en 20152
 
• du développement de la prévalence des maladies chroniques. Entre 2015 et 2020, les projections font état d’une augmentation de 13% pour les maladies cardiovasculaires, de 12% pour le diabète, de 10% pour les maladies respiratoires chroniques (hors mucoviscidose), de 11% pour les maladies psychiatriques, de 20% pour les maladies inflammatoires, les maladies rares, les infections à VIH et le sida.
 
• de la chronicisation de certaines pathologies autrefois aigües et de la réduction de la mortalité des patients qui en sont atteints. Entre 1980 et 2012, la mortalité tous cancers (première cause de mortalité) a baissé de 1,5% en moyenne par an chez les hommes et de 1% chez les femmes. Mêmes constats pour les maladies cardiovasculaires.
 
• de l’accroissement des transferts de l’hôpital vers la ville, notamment souhaité par le gouvernement Macron dans le cadre de sa Stratégie Nationale de Santé (SNS).
 
Cette aspiration à pouvoir suivre son traitement chez soi induit néanmoins de véritables conséquences sociétales, personnelles ainsi que pour l’entourage proche (aidants). Ces derniers assument très souvent une lourde part de la charge que représente l’accompagnement quotidien des personnes souffrant de maladies chroniques. Les PSAD, à travers leur relation de proximité et le suivi constant des patients, apportent donc une réponse concrète à cette aspiration tout en prenant en compte le rôle des aidants (par une évaluation objective de leurs capacités autant que de leurs limites).

​Des dépenses principalement prises en charge par l’Assurance maladie obligatoire

Les dépenses associées aux prestations de santé à domicile représentent environ 3,5 milliards d’euros dont 90 % sont pris en charge par l’assurance maladie obligatoire au travers des titres I et IV de la LPPR – Liste des Produits et Prestations Remboursables par l’Assurance maladie (contre près de 65 % pour l’ensemble des titres de la LPP). Ceci s’explique par une prise en charge majoritairement en majoritairement en Affection Longue Durée (ALD). La dépense croit de l’ordre de 7% par an, tirée par une forte croissance des volumes (9-10%/an), mais est compensée par des baisses tarifaires de 2 à 3% par an.





Dans la même rubrique :
< >