Sommaire
Senior Actu

Article publié le 30/05/2018 à 01:00 | Lu 670 fois

S'il vous plait docteur, rendez moi le sourire de mes vingt ans !

Avec l’âge, le sourire se dégrade sous l’effet de modifications des dents et des gencives d’une part et de la tonicité et de la texture des parties molles du visage d’autre part. L’orthodontiste se trouve alors souvent au centre d’une équipe thérapeutique regroupant le chirurgien-dentiste traitant, le parodontiste, et parfois, le chirurgien maxillo-facial, pour redonner à une femme, ou à un homme, son sourire de 20 ans. Détails.


S'il vous plait docteur, rendez moi le sourire de mes vingt ans !
Avant d’aller plus loin, rappelons que le sourire est une expression du visage qui met en jeu un mécanisme complexe d’activation et de désactivation d’un grand nombre de muscles de la face. Déclenché par des émotions, il est sous la dépendance étroite de l’éclat de la denture et de l’harmonie des lèvres.
 
« Le sourire implique, non seulement un alignement des dents, mais encore une expression qui inspire la joie et la jeunesse, quel que soit l’âge » rappelle le célèbre orthodontiste suédois Bjorn Zachrisson.
 
Le vieillissement du sourire : au niveau dentaire
La forme des dents
Peu à peu, une usure des bords des incisives et de la pointe des canines s’installe, réduisant la quantité d’émail visible. Elle est associée à une usure dans le sens de la largeur, consécutive aux micro-mouvements des dents lors de la mastication.
 
De plus, une rétraction de la gencive et de l’os qui entoure les dents apparaît, ce qui rend la racine des dents antérieures visible. Cette conséquence physiologique du vieillissement peut être aggravée en cas de gingivite entraînant un « déchaussement » encore plus important.
 
Ces phénomènes conjugués peuvent entrainer un changement de la forme des dents ainsi que l’apparition d’espaces entre les dents appelés triangles noirs. On peut aussi noter l’apparition d’irrégularités de l’émail (fêlures, fissures) qui, de plus, concentrent d’éventuelles colorations disgracieuses.
 
La position des dents
Toutes les dents ont une tendance à se déplacer vers l’avant avec le temps. Lorsque la denture est parfaitement bien alignée, ce mouvement antérieur peut être équilibré. Si par contre, des malpositions ou des encombrements étaient présents antérieurement, ou bien en cas de perte de dents, ce phénomène s’accélère provoquant des malpositions, des versions et des rotations importantes des dents. L’alignement devient alors très irrégulier entrainant un inconfort psychologique qui déclenche le besoin d’une consultation orthodontique.
 
Les pathologies des dents
Outre l’usure, la principale pathologie de la dent au cours du vieillissement est la carie de la racine. Cette carie peu profonde, indolore, se caractérise par sa situation au ras de la gencive (collet des dents). Elle peut être de couleur jaune brunâtre ou noire brillante. Dans les deux cas, cette lésion a un impact très fort sur l’impression inesthétique et le caractère « âgé » du sourire.
 
La teinte des dents
Cela peut être de simples colorations consécutives aux habitudes de vie (consommation de tabac, thé, café…) ou bien des modifications physiologiques : épaississement de la couche profonde des dents qui devient plus foncée, amincissement de l’émail. D’autres causes peuvent être évoquées comme la mortification de la partie interne des dents (pulpe dentaire), certains soins dentaires ou bien encore des maladies générales.
 
Le vieillissement du sourire : au niveau des lèvres, du nez et du menton
Lors des phénomènes de vieillissement, les lèvres s’allongent et s’amincissent, induisant une impression d’aspiration vers l’arrière. Ceci est dû à une réduction de la masse musculaire de 30% entre 30 et 80 ans. Le menton subit classiquement, comme le reste du visage, un abaissement et un recul. Plus surprenant, le nez présente tout au long de la vie un allongement et un affaissement.

​Le rôle de l’orthodontiste

En redressant des dents situées trop en arrière, mal alignées et invisibles lors du sourire, l’amélioration de l’esthétique faciale est assez aisée à obtenir avec les techniques modernes. Le renforcement du soutien des lèvres, un bon équilibre du nez et du menton et une meilleure visibilité des dents, rendent le sourire plus large et plus éclatant. La coopération avec le chirurgien maxillo-facial, sans être systématique, peut participer au bon résultat.
 
Un traitement orthodontique d’alignement dentaire couplé à un réaménagement des gencives et à des reconstructions des parties dentaires lésées par les usures permet de redonner une harmonie du sourire proche de celle qui pouvait être observée avant que les marques du temps n’apparaissent. Les appareils utilisés dans ces cas peuvent être des attaches collées sur les faces externes des dents ou sur les faces internes des dents (technique linguale), ou bien des gouttières transparentes portées en permanence.

Le vieillissement du sourire : au niveau du visage
Lors du vieillissement, il se produit un affaissement des tissus cutanés et une accumulation de tissu graisseux dans la région du rebord de la mâchoire inférieure. Deux phénomènes se conjuguent dans ces transformations :
• La force de la gravité terrestre engendre une attraction vers le bas sur les tissus mous faciaux. La chute de ces tissus (graisse, peau, muscles) selon une direction verticale entraine l’apparition de bajoues, de cernes au niveau des pommettes, de sillons de plus en plus creusés.
• La contraction des muscles du visage sur des structures mobiles (la graisse) attire la peau qui forme alors des rides. Or il existe une relation intime entre les mâchoires, les dents et leurs tissus de soutien (gencives), la muqueuse des joues, les muscles faciaux, et la peau elle-même.
 
Les décalages entre les mâchoires sont donc à l’origine d’un vieillissement facial plus rapide par défaut de soutien des tissus de recouvrement (muscles, peau).

​Le rôle de l’orthodontiste

L’équilibre du squelette obtenu après un traitement orthodontique et chirurgical induit un rajeunissement facial. Par exemple, dans les cas de profil convexe, une avancée de la mâchoire inférieure est recommandée. Elle mobilise l’arcade dentaire inférieure et le menton. De profil, l’avancée rend le visage moins convexe et atténue l’importance du nez. Le sourire devient plus exposé, la partie inférieure de la face est plus en harmonie avec le reste du visage. Ce protocole procure un effet de rajeunissement par la remise en tension normale de la peau et des muscles du cou.
 
Autre exemple, en cas de profil concave, l’avancée de la mâchoire supérieure est recommandée. Ce mouvement entraîne la modification de la position de la lèvre supérieure et de la pointe du nez. Cette chirurgie procure un effet de rajeunissement par la projection vers l’avant des joues et de la lèvre supérieure, ainsi que par le redressement de la pyramide nasale. Le recul de la mâchoire inférieure dans ces cas concaves doit être limité car il renforce les signes de vieillissement.