Sommaire
Article publié le 29/11/2019 à 10:02 | Lu 1127 fois

Rééduquer le cerveau pour mieux voir après une chirurgie de la cataracte

Contrairement aux idées reçues, la vue n’est pas entièrement liée à l’œil ! Il faut savoir que le cerveau joue un rôle actif dans la vision (50%) et peut considérablement améliorer la qualité de vie de chacun. Suite à une chirurgie de la cataracte, il est donc possible de compenser la gêne induite par notre œil vieillissant.


La chirurgie de la cataracte est l’opération la plus pratiquée en France, puisqu’elle concerne chaque année plus de 800.000 personnes. C’est un chiffre énorme. Et selon la Société Française d’Ophtalmologie, elle est pratiquée (sans trop de surprise) sur 20% des plus de 60 ans et sur 60% des plus de 80 ans.
 
En effet, avec l’âge, la lentille transparente qui se trouve à l’intérieur de l’oeil (que l’on appelle le cristallin) vieillit et devient opaque. Ce dernier ne joue donc plus son rôle de bonne fixation de l’image sur la rétine. Une intervention chirurgicale s’avère de fait nécessaire pour le remplacer par une lentille artificielle.
 
Mais après une chirurgie de la cataracte, même lorsque l’acte chirurgical est parfait, les patients souffrent souvent de gênes post-opératoires, notamment lors de variations lumineuses. La vision peut aussi être légèrement floue dans certains cas. Cela peut s’avérer invalidant pour lire, conduire, regarder la télévision et même pour avoir de bonnes relations sociales (difficultés à voir les expressions du visage). La qualité de vie est donc altérée.
 
Désormais, la société RevitalVision apprend au cerveau à mieux voir en travaillant la plasticité cérébrale. « Il suffit en effet de suivre 30 sessions de stimulation corticale pour améliorer la vue de façon durable ! En gagnant en sensibilité au contraste, c’est toute l’acuité visuelle qui se développe » assurent les responsables de ce projet.
 
Mieux voir, ça s’apprend ! Le principe est le même qu’avec l’apprentissage d’une nouvelle langue : il suffit de stimuler le cerveau, dont nous n’utilisons qu’une infime partie, pour acquérir de nouvelles compétences. L’idée étant de l’entraîner, grâce à des stimuli spécifiques du cortex visuel, à mieux interpréter l’image qu’il reçoit.
 
Le programme sur-mesure RevitalVision assure qu’il permet d’améliorer la qualité de vie. Ainsi, lire les petits caractères tels que les inscriptions sur les bouteilles ou les ingrédients sur un paquet de nourriture devient facile, la vision n’est plus un obstacle à la conduite d’un véhicule (même la nuit) et regarder la télévision ou un écran n’est plus une source intense de fatigue oculaire.
 
« Nous constatons en moyenne une amélioration de l’ordre de 2/10ème de l’acuité visuelle et de 100% en sensibilité au contraste. De plus, tout comme l’apprentissage de la nage ou du vélo, les effets de RevitalVision durent sur le long terme » précise Elise Maurizet en charge de ce programme.
 
Le traitement s’appuie sur les travaux de deux Prix Nobel et sur plus de vingt ans de recherche. Sans risque et sans effets secondaires, il est adapté au rythme et à la capacité visuelle de chaque patient qui est aussi suivi par un professionnel de la vue pour une fiabilité optimale.
 
Sa mise en place est particulièrement simple : il suffit de réaliser 30 sessions de 30 minutes en moyenne, tous les 2 jours, chez soi devant son ordinateur. Peu importe que l’opération de la cataracte ait eu lieu une semaine ou plusieurs années auparavant, la vision va quand même s’améliorer.