Sommaire
Article publié le 01/07/2020 à 09:41 | Lu 2187 fois

Post-Covid : Agirc-Arrco propose des bilans de prévention en téléconsultation dès 50 ans




Suite à cette crise sanitaire sans précédent et qui n’est pas terminée, l’Agirc-Arrco adapte son parcours préventif destiné aux actifs dès l’âge de 50 ans et aux retraités. De fait, des bilans médicaux et psycho-sociaux sont proposés gratuitement dans les 14 centres de prévention Agirc-Arrco répartis sur le territoire et sont désormais accessibles en téléconsultation. En tout, 2.000 rdv proposés cet été.


Durant la crise sanitaire, les médecins et psychologues des centres de prévention Agirc-Arrco ont adapté leur accompagnement.

Dans l’incapacité d’accueillir les assurés en consultation en raison des contraintes sanitaires, ils ont gardé le lien par téléphone avec les personnes suivies ou ayant fait une demande de parcours de prévention.
 
Au total, plus de 10 000 assurés, âgés en moyenne de 75 ans ont bénéficié de ces appels de « convivialité ».
 
« Le confinement a été compliqué pour une partie de nos assurés. Certains en ressortent vulnérables, inquiets à l’idée de retrouver une vie normale, d’autant qu’ils ont bien intégré que le virus était toujours là », commente Eva Almeida, médecin coordinatrice des centres de prévention Bien vieillir Agirc-Arrco.
 
Sur la base de ces nombreux échanges, les équipes des centres de prévention acquièrent très vite la conviction qu’il est nécessaire d’adapter le parcours de prévention pour le rendre accessible à distance au plus grand nombre.
 
Dans la pratique, ce bilan de prévention permet d’évaluer de manière globale la situation de la personne sur le plan médical, psychique et social. Il se compose de deux entretiens distincts d’une heure chacun avec un médecin et un psychologue.
 
« C’est un bilan 3 en 1 qui pose un diagnostic complet sur l’état de santé de la personne senior, son équilibre psychologique mais aussi son réseau relationnel, son mode de vie, son comportement… », précise Eva Almeida.
 
Son objectif est d’identifier le plus tôt possible les facteurs de risque, contribuant à maintenir son autonomie le plus longtemps possible. Et ce, dans le but d’agir en profondeur sur les causes.
 
« La téléconsultation était en projet depuis plusieurs années pour répondre aux besoins des personnes éloignées du lieu d’implantation de nos centres régionaux. La crise sanitaire en a été l’accélérateur. Les partenaires sociaux qui gèrent l’Agirc-Arrco se sont mobilisés sans attendre pour engager les moyens nécessaires au déploiement de ce dispositif à grande échelle », ajoute Frédérique Decherf, directrice de l’action sociale de l’Agirc-Arrco. 
 
« La téléconsultation est une belle avancée pour nos assurés, qui va dans le sens de notre volonté d’équilibrer le digital et le présentiel dans le cadre de tous les services proposés par l’action sociale. Elle s’ajoute aux dispositifs exceptionnels d’accompagnement mis en place par les partenaires sociaux pendant la période », conclut-t-elle.