Sommaire
Article publié le 01/02/2019 à 01:00 | Lu 462 fois

Plutôt Bourgogne ou Beaujolais ?

Des vins que tout oppose, 100% pinot noir pour les bourgognes et 100 % gamay pour les beaujolais et surtout, alors qu’ils pourraient être proches géographiquement, les deux bourgognes viennent des parties les plus septentrionales de la Bourgogne. Juste l’envie de présenter ces quatre crus.


Appartenant à la galaxie Simmonet-Febvre, les deux bourgognes viennent pour l’un de l’auxerrois et l’autre du tonnerrois. Tous les deux en Pinot noir, ils bénéficient l’un et l’autre de l’appellation régionale de Bourgogne Côtes d’Auxerre et de Bourgogne Epineuil.
 
Etablie à Chablis, la maison Simmonet-Febvre, outre ses productions, de Chablis et de Crémant prend à cœur de faire découvrir des cépages oubliés ou des appellations délaissées depuis des décennies. Si l’Irancy avec le César n’est plus un inconnu, il n’en n’est pas de même pour les Côtes d’Auxerre ainsi que pour le bourgogne Epineuil dont les vignes sont situées au nord est de Tonnerre.
 
Des vignobles de plus en plus menacés par l’immobilier et qu’il convient de protéger. Tous les deux en pinot noir, les Côtes d’Auxerre et l’Epineuil ne demandent qu’à être découverts. Orienté en sud sud-est, le vignoble de la Côte d’Auxerre est planté au sommet de côteaux et bénéficient d’un ensoleillement idéal.
 
Ses pinots noirs offrent un vin plein de fruits. La cerise, la fraise des bois apportent un nez frais et vif. Rond en bouche, il dégage une minéralité discrète qui est sa colonne vertébrale. Il sera parfait avec des grillades et des fromages de chèvre. Egalement en pinot noir, l’Epineuil dont la production remonte à plusieurs siècles a toujours eu une réputation non usurpée et le travail de la maison Simmonet-Febvre sur ces appellations mérite d’être salué.

Il faut reconnaître que les côteaux escarpés sur lesquels il est planté avaient découragé les vignerons du cru. Une puissance contenue, des arômes de fruits rouges, une robe claire, délicat en bouche, ce Bourgogne Epineuil sera parfait avec une chasse légère, des fromages bourguignons ou une assiette de charcuterie.  Des prix contenus, 11,70 euros l’Epineuil et 11,25 euros le Côte d’Auxerre incitent à la découverte de ces deux flacons.
 
Quittons la basse bourgogne pour son extrême sud et découvrir deux vins très différents, un Brouilly et un Beaujolais Morgon de chez Henry Fessy.
 
Reprise depuis 2008 par la maison bourguignonne Louis Latour, le vignoble Henry Fessy est aujourd’hui cultivé en agriculture raisonnée. Un choix qui respecte la tradition et l’expérience de la Maison Fessy établie en Beaujolais depuis 1888.
 
Le Brouilly, issu de la petite parcelle Les Brulées, qui bénéficie d’une très belle situation géographique est un vin concentré et corsé où le fruit noir et les fruits à noyaux dominent. Riche, épicé, avec de la consistance, il conviendra à merveille avec une viande rouge maturée ou de la charcuterie.
 
Quant au Morgon, Beaujolais typique, très fruité, tannique avec une robe carmin, il sera parfait avec de la chasse et des fromages à pâtes molles. Alors que ce Morgon est disponible au prix de 11,50€, le Brouilly est vendu 17€. Robuste et généreux, le Morgon peut être également un excellent vin de garde.
 
Joël Chassaing-Cuvillier





Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 14 Juin 2019 - 01:00 La Provence et ses rosés de l'été