Pasteurdon 2022 : les organoïdes cérébraux pour étudier le vieillissement précoce du cerveau

La 16e édition du Pasteurdon, opération d’appel à dons de l’Institut Pasteur, aura lieu du 5 au 9 octobre 2022. Un événement devenu incontournable, invite le public à se mobiliser au mois d'octobre pour soutenir les équipes de recherche. Cet appel à la générosité des Français est indispensable pour financer de nombreux projets de recherche. C'est aussi une occasion de faire découvrir au grand public l’étendue des recherches menées à l’Institut Pasteur et les différents champs couverts : organoïdes cérébraux, un puissant outil pour étudier le vieillissement précoce et la neurodégénération.





Pasteurdon 2022 : les organoïdes cérébraux pour étudier le vieillissement précoce du cerveau
À partir de cellules souches, d’éléments régulateurs, de nutriments et de beaucoup de savoir-faire des chercheurs, en deux mois, il est possible d’obtenir un organoïde cérébral de quelques millimètres de long.
 
Sous ce nom qui fait penser à un film de science-fiction, se cache un outil de recherche de plus en plus utilisé pour étudier les mécanismes cellulaires et neuronaux impliqués dans les maladies neurodégénératives (ndlr : Alzheimer par exemple).
 
Ces organoïdes sont issus de cellules souches pluripotentes (cellules IPS) qui vont se différencier et se structurer pour reproduire in vitro une micro-anatomie.
 
« Un des avantages de ces organoïdes cérébraux, c’est qu’ils se développent de manière autonome pendant environ deux mois et ils peuvent se conserver un an, voire plus, en culture avec un métabolisme actif. La structuration en 3D permet d’être au plus proche des conditions physiologiques naturelles. Cela nous permet de réaliser des analyses poussées sur le long terme et sur un grand nombre d’échantillons pour obtenir des résultats significatifs », détaille Miria Ricchetti, responsable de l’unité Mécanismes moléculaires du vieillissement pathologique et physiologique à l’Institut Pasteur.
 
Jusqu’à présent, l’étude des maladies neurodégénératives se heurtait au fait qu’il n’existe pas de modèle animal optimal. En effet, la structure du cortex cérébral des humains et des rongeurs, le modèle le plus utilisé, ont des différences importantes.
 
De plus, les patients présentent une très grande variabilité de symptômes et de causes. Avec ce nouveau modèle cellulaire multidimensionnel, de nombreuses thématiques peuvent être explorées avec des possibilités nouvelles comme l’architecture et les interactions cellulaires d’un cerveau en développement, la neurodégénérescence, les maladies infectieuses qui affectent le cerveau…
 
« Nous avons la possibilité par exemple de marquer différentes molécules, d’observer leurs interactions et leur rayonnement, et de les compter cellule par cellule. Il est possible également d’étudier ces organoïdes à différents stades de développement, sur l’ensemble de l’organoïde ou en partie. Mais ce qui va réellement nous aider dans la compréhension du vieillissement précoce, c’est la comparaison entre organoïdes issus de cellules dérivées de patients et ceux dérivés d’individus sains », ajoute la chercheuse.
 
Bien que ce modèle permette de se rapprocher des conditions physiologiques et de faire un véritable bond en avant, il présente certaines limites pour la compréhension des mécanismes en jeu dans le vieillissement cérébral.
 
« En effet, les organoïdes aujourd’hui sont isolés et sans interactions avec d’autres organes proches, ou lointains comme les intestins par exemple où des liens sont aujourd’hui démontrés. Mais l’intérêt scientifique est tel que ce modèle va rapidement s’améliorer. Par exemple, on pense que le manque de vascularisation chez les organoïdes est un facteur limitant de leur croissance physique pour reproduire à plus grande échelle les organes. Des équipes travaillent sur cette question », conclut Miria Ricchetti.
 
De nombreuses équipes travaillent sur les cellules IPS, en les différenciant en plusieurs types cellulaires (cellules neuronales, ou intestinales, …), ou encore en dérivant des parties différentes et complémentaires du cerveau en développement, qui sont ensuite assemblées.
 
Ces structures constituent des outils encore plus avancés pour certaines études, et ouvrent davantage de possibilités pour le futur.

Le Pasteurdon est à la fois une opération de collecte de dons et une occasion de partager les avancées scientifiques et médicales de l’année écoulée.
 
Cette recherche est réalisée par 143 entités de recherche qui rassemblent des chercheurs, ingénieurs, techniciens et administratifs de 77 nationalités.
 
Ces fonds, indispensables au fonctionnement de l’Institut, permettent d’apporter les ressources nécessaires à toutes ces équipes pour conduire leurs travaux et développer les technologies de pointe dans différents domaines prioritaires : maladies infectieuses émergentes ; maladie de la connectivité cérébrale et neurodégénératives ; résistance aux agents antimicrobiens, cancers, vaccinologie ou encore, intelligence artificielle.
 
Ces différentes thématiques sont explorées en parallèle pour répondre aux besoins de santé publique en France et dans le monde, et s’inscrivent dans le plan stratégique 2019-2023 de l’Institut Pasteur.

Article publié le 04/10/2022 à 01:00 | Lu 1168 fois