Overcome : une appli pour prédire et prévenir Alzheimer à domicile

Overcome est un projet numérique porté par Hometrix Health et labellisé Pôle TES, pôle de compétitivité numérique de la région Normandie qui vise à dépister et prévenir l'apparition de maladies neuro-évolutives comme Alzheimer. Application ludique, elle va être mise à disposition d'aides à domicile à partir du 31 octobre prochain afin d'effectuer des tests auprès des personnes âgées qui le souhaitent et d'identifier de nouveaux facteurs de risques.





Overcome : une appli pour prédire et prévenir Alzheimer à domicile
Plus concrètement, l'application Overcome doit permettre d'identifier les risques avant même l'apparition des premiers symptômes cliniques Alzheimer ; ceci, afin d'amorcer une prise en charge précoce, l’une des clefs pour retarder le développement de la maladie.
 
Dans la pratique, cette appli qui se veut ludique présente différentes séries de tests chronométrés, tels que des exercices de mémoire, d'attention, de réactivité et de locomotion notamment.
 
Overcome va être déployée sur le terrain à partir du 31 octobre en Normandie auprès des bénéficiaires volontaires des réseaux d'aides à domicile de l'UNA PAP – Amaëlles afin de faire du repérage massif, d'identifier de nouveaux prédicteurs du risque de survenue d'une maladie neuro-évolutive et de continuer ainsi à perfectionner l'application sur la base du retour terrain.
 
L'initiative est également soutenue par différents partenaires dont le DataLab Normandie et bénéficie d'un financement par le Fonds européen de développement régional (FEDER) de l'Union européenne suite à un appel à projet de la région Normandie. 
 
En France, entre 1,1 million et 1,2 million de personnes sont atteintes d'une maladie neuro-évolutive (maladie d'Alzheimer, maladie de Parkinson ou maladies apparentées) et plus de 2 millions sont de proches aidants.
 
La maladie d'Alzheimer représente plus de 70% des maladies neuro-évolutives chez les seniors. D'ici 2050, si rien n'est fait, elle représentera près de 10% des plus de 65 ans et 6,2% de la population active.
 
D'après une étude multinationale menée en 2014 par Verghese et collaborateurs, la prévalence du syndrome du risque cognitivo-moteur (MCR) est la plus élevée en France (16%-18% contre 9,7% tous pays confondus). Ce syndrome, caractérisé par la présence conjointe d'un ressenti subjectif de déclin cognitif et d'un ralentissement de la vitesse de marche, multiplie par 3 le risque de développer une maladie neuro-évolutive.
 
Or, ces maladies sont actuellement diagnostiquées bien trop tardivement. Le laboratoire COMETE, unité mixte de recherche sous la tutelle de l'INSERM et de l'Université de Caen Normandie, a fait de cette détection précoce son sujet de recherche.

Article publié le 18/10/2022 à 00:00 | Lu 2723 fois