Sommaire
Article publié le 24/02/2020 à 02:05 | Lu 1744 fois

Olivier Véran : un nouveau ministre de la Santé et un premier déplacement consacré à l'aide à domicile

C’est assez symbolique pour être souligné : en effet, Olivier Véran, le nouveau ministre de la Santé, qui remplace Agnès Buzyn partie à la conquête de Paris, a consacré son tout premier déplacement en tant que ministre, à l’aide à domicile des personnes en perte d’autonomie. Détail.


Pour ce premier voyage ministériel, Olivier Véran a rencontré des auxiliaires de vie de la start-up Alenvi (créée en 2016, lever de fonds de 11 millions d’euros). Cette structure de type Entreprise Solidaire d’Utilité Sociale (ESUS) est spécialisée dans l’aide à domicile.
 
Ce premier déplacement ne doit rien au hasard : de fait, Olivier Veran a voulu témoigner l’importance qu’il accorde au secteur, « dont les professionnels sont en première ligne pour réussir le virage domiciliaire et répondre ainsi aux attentes fortes de nos ainés et de leurs aidants » précise le communiqué de presse.
 
Dans l’attente de la loi, le ministre a annoncé des mesures en faveur du domicile et du secteur médico-social.
 
Le ministre a rappelé que la refonte du maintien à domicile et notamment de sa tarification serait au cœur de la réforme du grand âge et de l’autonomie, dont il a précisé le calendrier : après une phase de concertation avec les parties prenantes sur le contenu du projet de loi au printemps, le projet de loi sera présenté à l’été.
 
Par ailleurs, une conférence nationale des métiers du grand âge rassemblant toutes les parties prenantes sera organisée dans la foulée pour assurer la mise en œuvre des initiatives qui nécessitent la mobilisation de toutes les parties prenantes.
 
Pour anticiper la réforme et soutenir davantage le secteur dès 2020, Olivier Veran a présenté des mesures de court terme :
- augmentation de 20 millions d’euros de l’enveloppe consacrée par la CNSA au soutien du secteur du domicile en 2020, pour la porter à 70 millions et accélération des modalités de délégation de ces crédits aux conseils départementaux puis aux services, pour assurer qu’ils arrivent au plus vite sur le terrain ;
- financement par la CNSA d’actions de modernisation et de professionnalisation de l’aide à domicile à hauteur de 45 millions en 2020 ;
- conclusion d’une convention spécifique avec l’UNA portant un soutien national d’environ 15 millions ;
- soutien à l’innovation dans le secteur, à travers le lancement d’un travail d’évaluation des nouveaux modèles d’aide à domicile et le soutien de programmes territoriaux innovants ;
- renforcement des moyens financiers dédiés à la prévention de la sinistralité : comme indiqué par le Premier ministre dans le cadre de la concertation organisée pour assurer la mise en œuvre du système universel des retraites, en cas de conclusion d’un accord de branche identifiant les actions permettant de réduire la pénibilité, la branche accidents du travail et maladies professionnelles de la sécurité sociale participera au financement des investissements dans les services d’aide à domicile.
 
Olivier Véran a tenu à mettre en avant la qualité des initiatives portées par nombre de conseils départementaux en matière d’aide à domicile et a affirmé poursuivre ses échanges avec l’association des départements de France (ADF) afin que l’Etat et les départements franchissent ensemble, dès 2020, une première étape d’importance en faveur du secteur.
 
Enfin, le ministre a annoncé la restitution au secteur des crédits de l’ONDAM médico-social gelés en 2019, et de sous-exécution de l’OGD, à hauteur de 100 millions d’euros. Cette mesure a vocation à donner des marges de manœuvre supplémentaires au secteur en 2020 et à manifester un soutien fort du Gouvernement dans l’attente de la réforme du grand âge et de l’autonomie.
 
Affaire à suivre…