Sommaire
Article publié le 09/10/2020 à 10:43 | Lu 1690 fois

Octobre rose : le thermalisme dans l'accompagnement post-cancer du sein




Symbolisé par des parapluies et des rubans roses, vous ne pourrez pas passer à côté des campagnes de mobilisation ainsi que des dépistages du cancer du sein organisés durant le mois d’octobre rose. L’objectif d’octobre rose est de sensibiliser la population au cancer du sein, à l’importance du dépistage et au soutien à la recherche.


Le traitement médical d’un cancer est pénible, invasif et s’accompagne d’effets secondaires lourds tant sur le plan physique que psychologique.
 
Ces effets sont visibles même après une guérison totale, comme des lésions dermatologiques (cicatrices, brûlures, lésion des muqueuses), phébologiques (lymphœdème), psychosomatiques (stress, anxiété, dépression) voire digestives (surcharge pondérale).
 
La cure thermale est une approche naturelle, douce, globale et adaptée qui viendra accompagner la patiente durant sa convalescence.
 
En effet, le cadre de la cure thermale est apaisant, relaxant et il permet de rencontrer des personnes traversant des situations similaires. Les échanges entre curistes, les ateliers et les conférences proposés par les établissements thermaux sont un plus permettant à la patiente de retrouver confiance en elle.
 
La cure thermale en pratique
Chaque station thermale utilise une eau aux vertus particulières. De ce fait, chaque station thermale sera indiquée dans la prise en charge de pathologies spécifiques. Ces pathologies sont divisées en 12 orientations thermales thérapeutiques, reconnues et prises en charge partiellement pas l’Assurance maladie.
 
En fonction des séquelles laissées, une femme pourra s’orienter vers différents établissements thermaux.
 
De façon générale, on retrouvera des cures thermales en dermatologie ou en affections des muqueuses bucco linguales qui prendront en charge les cicatrices, les brûlures ainsi que les mucites.
 
Les cures thermales en phlébologie seront quant à elles indiquées dans la prise en charge du lymphœdème, l’une des séquelles les plus courantes suite à une intervention chirurgicale de ce cancer.
 
Une cure thermale en affections psychosomatiques peut également être intéressante pour les femmes en rémission, afin d’évacuer le stress et l’anxiété accumulés et d’appréhender le futur de façon plus sereine.
 
L’ensemble des cures thermales est accessible aux femmes en rémission et sur avis médical.
 
Existent-ils des cures thermales spécialisées dans le post-cancer du sein ?
Oui, certaines stations thermales ont fait le choix de mettre en place des cures thermales, des modules ou des courts séjours dédiés spécifiquement aux femmes en rémission d’un cancer du sein
 
Certains établissements comme les Thermes de La Bourboule, d’Évaux-les-Bains, de Néris-les-Bains ou de Vichy proposent un programme d’Éducation Thérapeutique du Patient visant à améliorer durablement la qualité de vie des femmes en rémission d’un cancer du sein.
 
D’autres établissements, comme ceux de la Chaine Thermale du Soleil, les Thermes de Vals-les-Bains, de Capvern-les-Bains, de Gréoux-les-Bains, de Neyrac-les-Bains, des thermes Bérot à Dax ou de Saint-Gervais-les-Bains proposent des modules spécifiques post-cancers.
 
Les modules complémentaires, les mini-cures thermales ou encore les programmes d’éducation thérapeutiques ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale.